En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

La pollution de l’air à l’origine de 800 000 morts prématurées par an en Europe

Selon une étude récente, la pollution de l’air est responsable tous les ans de 800 000 décès en Europe et 9 millions dans le monde. Elle serait même plus meurtrière que le tabac.

Paris pollution de l'air

La pollution de l’air tue, et bien plus qu’on ne le pensait jusque-là. C’est ce que révèle une étude de santé publiée le 12 mars dans l’European Heart Journal : la pollution serait à l’origine de 800 000 décès par an en Europe et de 9 millions de décès dans le monde. Ces chiffres sont deux fois plus élevés que les dernières estimations officielles.

En Europe, la surmortalité liée à la pollution est supérieure à la moyenne mondiale (133 morts pour 100 000 habitants vs 120). Un bilan inquiétant que les chercheurs expliquent notamment par « la combinaison d’une piètre qualité de l’air et d’une forte densité de population ». En France, le nombre de morts imputables à la pollution serait de 67 000 par an.

La pollution plus meurtrière que le tabac

« La pollution de l’air fait plus de morts chaque année que le tabac, responsable de 7,2 millions de décès selon l’OMS », explique Thomas Münzel, l’un des auteurs de l’étude, avant d’ajouter qu’ « on peut éviter de fumer, pas de respirer un air pollué ».

Autre constat du rapport : contrairement à ce que l’on pourrait croire, les principales causes de décès suite à l’exposition à air pollué ne sont pas liées aux maladies du système respiratoire (comme le cancer du poumon), mais surtout à des pathologies cardiovasculaires. Selon les scientifiques, entre 40% et 80% des décès proviennent d’infarctus ou d’AVC. En effet, les particules fines ne s’arrêtent pas aux voies respiratoires : elles atteignent aussi le système sanguin, et ainsi le cœur et le cerveau.