En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

La pollution de l’air tue 7 millions de personnes dans le monde

D’après une étude publiée par l’OMS, la pollution est responsable de 7 millions de décès par an. 90% de la population mondiale serait exposée quotidiennement à un air nuisible.

pollution oms

L’OMS (Organisation mondiale de la Santé) tire la sonnette d’alarme. Selon un dernier bilan publié ce mercredi, la pollution tue 7 millions de personnes par an dans le monde. Par ailleurs, plus de neuf personnes sur 10 (91% de la population) seraient exposées quotidiennement à un air contenant « de hauts niveaux de polluants ».

Des chiffres d’autant plus inquiétants qu’ils sont en hausse : en 2016, l’organisme avait recensé 6,5 millions de décès dus à la respiration d’un air trop chargé en particules fines. Cette progression s’explique notamment par un bond des décès liés à la pollution de l’air extérieur (4,2 millions contre 3 millions en 2016). En revanche, la mortalité due à la pollution intérieure diminue, de 4,3 millions à 3,8 millions.

Des zones plus ou moins touchées

Les risques de santé engendré par la pollution sont plus ou moins élevés en fonction des régions du monde. Si l’OMS recommande une limite annuelle de 10 µg/m³ en particules fines (PM2,5), « de nombreuses mégalopoles du monde entier dépassent plus de cinq fois ce seuil », constate Maria Neira, directrice du département de santé publique de l’OMS.

A l’échelle mondiale, les régions les plus touchées par la pollution sont situées en Asie, notamment en Inde et en Chine. L’Afrique est également particulièrement atteinte (1 million de victimes), de même que l’arc méditerranéen oriental (500 000 victimes). L’OMS reconnaît ainsi la pollution comme « un facteur de risque majeur » des maladies non transmissibles.

Pour rappel, la pollution peut entraîner des maladies graves telles que des maladies cardiovasculaires, des infections respiratoires ou encore des cancers du poumon.