Maladie de Parkinson : quelle prise en charge ?

  • Jusqu'à 300 devis mutuelle comparés en 2 minutes
  • Jusqu’à 501 € d'économies* réalisées en comparant votre mutuelle santé !

La maladie de Parkinson touche des milliers de Français. Elle entraîne un véritable changement de vie pour les patients mais également pour leur famille. Traitements médicamenteux, mise en place de soins spécifiques… Elle est aussi synonymes de frais de santé. A quelle hauteur la maladie de Parkinson est-elle prise en charge l’Assurance maladie et les mutuelles santé ?

Qu’est-ce que la maladie de Parkinson ?

Affection dégénérative d’origine souvent inconnue, la maladie de Parkinson touche 1,5% de la population de plus de 65 ans, hommes comme femmes.

Cette maladie chronique entraîne la dégénérescence des neurones dopaminergiques. Ces neurones ont pour rôle de produire la dopamine, un neurotransmetteur nécessaire au contrôle des mouvements du corps, en particulier les mouvements automatiques.

Les symptômes

Une des idées reçues concernant la maladie de Parkinson est que le tremblement en est le symptôme majeur. Or, aussi vrai qu’il existe des maladies autres que Parkinson, provoquant des tremblements, tous les Parkinsoniens ne tremblent pas.

Il est généralement reconnu que la maladie de Parkinson se manifeste par 3 symptômes :

La lenteur ou akinésie 

Il s’agit du symptôme le plus courant de la maladie de Parkinson. L’akinésie se définit par la difficulté à initier et/ou à coordonner le mouvement.

Elle touche surtout la marche et l’écriture et, ses manifestations respectives sont la perte du ballant d’un bras pour la marche et la micrographie, c’est-à-dire le fait d’écrire de plus en plus petit.

La rigidité ou hypertonie 

Tension excessive des membres, l’hypertonie participe à la difficulté de mouvement du malade à cause de la raideur des muscles qu’elle implique. La rigidité peut toucher tous les muscles mais elle survient en général le long de la colonne vertébrale et au niveau des articulations.

La rigidité parkinsonienne est également perceptible au repos et se traduit souvent par une posture crispée, voûtée en avant, ou encore la tête baissée.

Le tremblement

Il convient de rappeler que le tremblement n’est pas le symptôme majeur de Parkinson mais qu’il peut être un des symptômes de la maladie.

Le tremblement Parkinsonien se manifeste au repos et cesse au moment où le malade initie un mouvement.

Quels sont les traitements de la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est à ce jour une maladie incurable. Le traitement pour Parkinson ne vise donc pas à guérir le patient mais à contribuer à l’amélioration des troubles associés.

Ainsi, le traitement de la maladie de Parkinson prend 2 formes : le traitement médicamenteux et le traitement  non médicamenteux.

Le traitement médicamenteux

Dans le traitement médicamenteux de la maladie de Parkinson, il s’agit essentiellement de médicaments dopaminergiques. Ces médicaments dopaminergiques compensent l’absence de fabrication et de libération de dopamine liée à Parkinson.

La L-Dopa ou lévodopa

C’est le traitement de référence des patients diagnostiqués après 70 ans, et parfois pour les sujets plus jeunes. La L-Dopa permet une nette amélioration des 3 symptômes et, en cas d’absence d’efficacité, le diagnostic de maladie de Parkinson est d’ailleurs remis en doute. Toutefois, l’efficacité du médicament s’amenuise avec le temps, ce qui a conduit à reconsidérer l’administration de la L-Dopa seule comme premier traitement de la maladie.

Les agonistes dopaminergiques

Administrés seuls ou associés à la L-Dopa, les agonistes dopaminergiques remplacent la dopamine au niveau de ses cibles cérébrales, les récepteurs dopaminergiques. Plusieurs médicaments existent : Parlodel (bromocriptine), Requip (ropinirole), Sifrol (pramipexole), Dopergine (lisuride), etc. Ces médicaments nécessitent un suivi important, quant aux effets secondaires qu’ils induisent.

Le traitement non médicamenteux

La rééducation fonctionnelle joue un rôle fondamental dans le traitement non médicamenteux de la maladie de Parkinson. Elle peut s’effectuer par la biais de :

  • La kinésithérapie : elle maintient l’équilibre et diminuer le risque de chutes ;
  • L’ergothérapie : elle facilite les actes du quotidien ;
  • Les séances d’orthophonie : elles préviennent les troubles du langage, la gêne à l’écriture ou encore les problèmes de déglutition.

Il est possible de recourir à la chirurgie pour soigner les cas de Parkinson les plus graves. La neurostimulation est une opération qui consiste à implanter chirurgicalement deux électrodes de chaque coté de la boîte crânienne afin de stimuler les noyaux sous thalamiques responsables des troubles du mouvement et de la rigidité musculaire.

La prise en charge de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkison est considérée par la Haute Autorité de Santé (HAS) comme une Affection Longue Durée (ALD).

Parkinson : le remboursement sécurité sociale

La maladie de Parkinson fait partie de la liste des ALD 30 et elle est, à ce titre, prise en charge à 100% par l’Assurance maladie.

Pour ce faire, un formulaire de prise en charge, également appelé protocole de soins, doit être rempli par le médecin traitant. Cela permettra non seulement, un remboursement intégral mais également une meilleure coordination entre les différents médecins spécialistes assurant le suivi du malade.

L’ensemble des soins médicaux effectués dans le cadre de la maladie de Parkinson sont remboursés à 100% par la Sécurité sociale :

  • Les consultations (sur la base du tarif de la Sécurité Sociale) ;
  • Les médicaments  y compris les génériques ;
  • Les examens ;
  • Les dispositifs médicaux notamment du matériel médical ;
  • Les soins annexes nécessaires par la maladie (kinésithérapie, orthophonie, etc…) ;
  • Les frais de transport pour les soins liés à la maladie.

Parkinson : remboursement mutuelle

Néanmoins, l’Assurance maladie ne rembourse pas certaines prestations médicales :

  • Les dépassements d’honoraires ;
  • Quelques dispositifs médicaux, notamment la différence entre le tarif de la Sécurité Sociale et le prix pratiqué par le fournisseur ;
  • Les participations forfaitaires déduites automatiquement des remboursements ;
  • Le forfait hospitalier pour toute hospitalisation de plus d’une journée.

De ce fait, les frais réels que peut engendrer la maladie de Parkinson ne sont pas entièrement pris en charge. La souscription d’une complémentaire santé s’avére utile pour limiter les charges.

Avant de souscrire une mutuelle, vérifiez bien que celle-ci prévoit le remboursement de ces prestations non remboursées par la Sécu dans le contrat complémentaire santé. Notre comparateur peut vous aider afin de trouver une mutuelle pas chère adaptée à vos besoins !