Manque de sommeil : plus de 7 jours sont nécessaires pour rattraper 10 nuits

Irritabilité, stress, appétit décuplé… Nous connaissons tous les effets d’un manque de sommeil sur la santé. Mais que se passe-t-il si ce dernier est répété plusieurs fois ? Est-il possible de se remettre de plusieurs mauvaises nuits ? Et bien, selon une étude polonaise, il faudrait plus d’une semaine pour « rattraper » 10 jours de mauvais sommeil.

Manque de sommeil : plus 7 jours nécessaires rattraper 10 nuits

Une semaine ne suffit (toujours) pas

Cela peut paraître improbable, mais mal dormir pendant 10 jours ou plus est loin d’être impossible (et surtout très vite arrivé). C’est ce que vous diraient jeunes parents, étudiants, travailleurs de nuit ou ceux qui souffrent d’insomnies. Il est commun d’entendre que l’on peut « rattraper » son manque de sommeil en dormant davantage les nuits suivantes. Mais est-ce vraiment le cas ?

Pour en avoir le cœur net, Jeremi K. Ochab, chercheur en neuroscience et son équipe ont mené l’enquête. Ils ont pour cela mobilisé plusieurs adultes en bonne santé à qui ils ont fait subir une restriction de sommeil volontaire pendant dix jours

Les volontaires étaient dsotés de capteurs au poignet mesurant plusieurs variables, dont leurs habitudes de sommeil. À cela s’est ajoutées une électroencéphalographie pour mesurer leur activité cérébrale et la soumission d’un questionnaire auquel ils devaient répondre afin de mesurer leur réactivité et la pertinence de leurs réponses.

Après ces dix jours, il leur a été demandé d’observer une récupération sans restriction, et ce, pendant une semaine. Et après ces 7 nuits de sommeil bien plus qualitatif, il a été constaté que les temps de réaction sont revenus à la normale… et rien d’autre.

En effet, les résultats, publiés il y a quelques jours dans la revue Plos One, montrent que plusieurs mesures de l’électroencéphalographie sont concernées par le manque de sommeil. Celui-ci a eu une influence non négligeable sur l’activité cérébrale des volontaires, notamment au niveau de la précision de leurs tâches et de la pertinence de leurs réponses.

Problèmes de sommeil : quel est l’impact de la crise sanitaire ?
Lire l'article

Les effets délétères du manque de sommeil

S’il peut arriver de manquer de sommeil de manière épisodique, il est en revanche très important de veiller à ce que cela ne devienne pas une habitude et de dormir entre 6 et 8 heures par nuit (cette fourchette peut légèrement varier en fonction des personnes). Au-delà de la baisse des performances physiques et cognitives, une telle carence peut, à moyen et long termes, mener à des conséquences néfastes pour la santé. Parmi elles : 

  • Augmentation du taux de cortisol, prise de poids pouvant mener à l’obésité et aggravation du risque de diabète ;
  • Augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) ;
  • Hausse du risque de maladies et cancers.

Mais attention toutefois, un excès de sommeil peut aussi avoir des conséquences négatives, et similaires à celle d’un manque de sommeil, à savoir : 

  • Risque de développer une démence sur le long terme ; 
  • Forte fatigue et somnolence durant la journée ; 
  • Augmentation du risque d’AVC et autres maladies cardiovasculaires, de diabète et d’obésité ;
  • Troubles psychologiques (stress, dépression…)