Maladies cardiovasculaires : dormir entre 22 et 23 heures permet de s’éviter des problèmes cardiaques

Certains sont raillés lorsqu’ils disent aller se coucher en milieu de soirée. Mais ne seraient-ils pas finalement les plus grands gagnants d’entre nous ? Plusieurs publications scientifiques vont dans leur sens, notamment dans une récente étude concluant qu’un coucher entre 22 heures et 23 heures est bénéfique la santé et qu’il permettrait même d’éviter de contracter des maladies cardiovasculaires.

Maladies cardiovasculaires dormir entre 22 et 23 heures permet de s'éviter des problèmes cardiaques

Publiée dans l’European Heart Journal (revue officielle de la société européenne de cardiologie), l’étude rappelle l’importance d’un coucher à un horaire qui ne serait pas trop tardif. Et l’heure idéale pour se coucher serait entre 22 heures et 23 heures pour s’éviter tout problème de santé et autres maladies.

Pour le connaître, l’équipe du Docteur David Plans (Université d’Exeter, Royaume-Uni) a sollicité plus de 88 000 Anglais, à la moyenne d’âge de 61 ans, entre 2006 et 2010. Les participants, dont la majorité étaient des femmes, étaient équipés d’un accéléromètre au poignet, lequel permettait de recueillir leur heure d’endormissement et de réveil durant de nombreux mois.

Un suivi de leurs habitudes a été mis en place grâce à leurs réponses à diverses questions posées par les chercheurs : santé globale, mode de vie (alimentation, mode de vie stressant, pratique de la sieste…), maladies cardiovasculaires… Toutes ces réponses ont permis d’en savoir plus sur les concernés et écarter tout paramètre pouvant biaiser les résultats de la recherche.

Maladies cardiovasculaires : dormir avant 22 heures est tout aussi néfaste

Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que le risque de contracter des maladies cardiovasculaires grimpait de : 

  • 24 % en cas d’endormissement après minuit ;
  • 25 % si l’on se couche avant 22 heures

  • « seulement » 12 % pour toute allée au lit entre 22 heures et 23 heures.

S’il est intéressant de voir à quel point ces chiffres augmentent pour un coucher après minuit, il est tout aussi intéressant de constater que les résultats sont similaires avant 22 heures ! David Plans l’explique par le respect d’une horloge biologique qui, menacé, entraîne « des conséquences néfastes pour la santé cardiovasculaire ».

Le Dr Plans évoque également  que« des écarts peuvent préjudiciables à la santé » : « Le moment le plus risqué était après minuit, potentiellement parce que cela peut réduire la probabilité de voir la lumière du matin, ce qui réinitialise l’horloge biologique ». On a relevé que 3,6 % des participants ont développé une maladie cardiovasculaire quelques temps après l’expérience et une incidence revue à la hausse chez la population qui s’est régulièrement endormie après minuit.

L’auteur de l’étude évoque en outre le fait qu’un tel résultat, s’il se vérifie dans d’autres études, pourrait amener à faire du timing et de « l’hygiène de base du sommeil » un « objectif de santé publique à faible coût pour réduire le risque de maladie cardiaque ».

Boisson chaude : le lait fait-il s’endormir plus vite ?
Lire l'article