En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Incontinence urinaire et maladie de Parkinson

  • Jusqu'à 300 devis mutuelle comparés en 2 minutes
  • Réalisez 423€ d'économies en moyenne* !

L’incontinence urinaire est l’une des conséquences de la maladie de Parkinson, car elle provoque un défaut de mobilité chez le patient. Ce n’est pourtant pas la seule raison. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le lien entre incontinence et Parkinson, des symptômes aux traitements.

Développement d’incontinence et maladie de Parkinson

Un patient atteint de la maladie de Parkinson perd ses neurones dopaminergiques progressivement. Ces derniers sont nécessaire pour la mobilité et leur absence provoque en général des troubles à ce niveau. L’une des conséquences est donc l’incontinence urinaire. 

Au début de la maladie, l’incontinence fonctionnelle n’est pas à un stade avancé et peut être réglée simplement en aménageant un accès facile aux toilettes. Le défaut de mobilité n’est cependant pas la seule cause. 

En effet, il existe plusieurs types d’incontinence. 70% des patients souffrant de la maladie de Parkinson ont une vessie hyperactive et connaissent une incontinence urinaire d’urgence

Que faire face à l’incontinence chez le patient souffrant de Parkinson ?

Consulter un urologue

consultation médecin généraliste

Le Groupe Parkinson 29, une association de malades du département du Finistère, conseille sur son site de consulter un urologue dès l’apparition des symptômes et surmonter le tabou qui existe. « La consultation d’un urologue est indispensable en cas de survenue de troubles urinaires comme d’impériosité urinaire »

Incontinence urinaire par regorgement
Lire l'article

Traitement anticholinergique

L’un des médicaments les plus prescrits pour traiter l’incontinence urinaire dans le cadre d’une maladie de Parkinson est l’anticholinergique. Ces derniers servent à limiter les contractions indésirables des muscles de la vessie, responsables de l’incontinence. 

Attention tout de même, ces médicaments ont des effets secondaires sur les patients de plus de 60 ans et doivent donc faire l’objet d’un avis médical pour éviter tout risque de perte de mémoire ou perte d’orientation. 

Autres traitements de l’incontinence en cas de Parkinson

Il existe aussi des traitements pour améliorer le quotidien des personnes atteintes de maladie de Parkinson et leur éviter de souffrir en plus de troubles urinaires. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • La neuromodulation sacrée ;
  • La toxine botulique ;
  • La stimulation du nerf tibial ;
  • L’auto-sondage.

Incontinence urinaire et syndromes parkinsoniens

Maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson idiopathique (la « vraie ») n’est pas seule responsable de l’incontinence chez les seniors. Les syndromes parkinsoniens peuvent également entrer en compte chez d’autres patients :

  • Maladie à corps de Lewy ;
  • Atrophie multi-systématisée ;
  • Paralysie supra-nucléaire progressive ;
  • Dégénérescence corticobasale.

Pour savoir précisément l’origine de vos maux, le mieux est de consulter un médecin généraliste qui vous dirigera vers un neurologue

Cet article vous a-t-il été utile ?