En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

84% des Français veulent faire du sport à la rentrée

La rentrée scolaire va souvent de pair avec la reprise de bonnes habitudes. Le sport en fait partie : 84% des Français voudraient s’y remettre dès le mois de septembre, selon un sondage.

La rentrée est bien souvent une période de bonnes résolutions. Et les Français ne dérogent pas à la règle cette année : selon un sondage de la Fédération Française d’Education Physique et de Gymnastique Volontaire (FFEPGV) réalisé avec Ipsos, 84% d’entre eux souhaitent faire du sport dès le mois de septembre. 58% déclarent même vouloir pratiquer une activité sportive « beaucoup plus souvent ».

Toutefois, il existe des freins qui empêchent les sondés de reprendre de bonnes habitudes :

  • 61% disent manquer de temps. Cette proportion grimpe même à 81% chez les moins de 35 ans ;
  • 54% ont peur de ne pas suivre physiquement, notamment chez les seniors (62%) ;
  • 51% ont une mauvaise image de leur corps et n’aiment pas le montrer, notamment chez les femmes (58%).

« Même si les Français sont conscients des bénéfices de l’activité physique sur leur bien-être et leur santé, il subsiste des freins qu’il est urgent de lever », note Patricia Morel, présidente de la FFEPGV.

Des facteurs motivants

Pour autant, pas de défaitisme : certains arguments pourraient aider les Français à se mettre au sport. 71% d’entre eux seraient motivés par des cours adaptés à leur condition physique, notamment les femmes et les jeunes (35%) et 67% par des cours avec des personnes qui leur ressemblent.

Selon le site Manger Bouger, édité par le ministère de la Santé, s’aménager du temps est l’une des clés pour reprendre une activité sportive efficace. Si plus de la moitié des sondés déclarent justement en manquer, le sport en entreprise et les activités calquées sur les loisirs des proches pourraient être des solutions adaptées.