En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Canicule : un premier bilan « plutôt rassurant » selon Agnès Buzyn

L’alerte canicule a été levée hier par le gouvernement. Après l’épisode de fortes chaleurs qui a touché la France, la ministre de la Santé Agnès Buzyn dresse un premier bilan « plutôt rassurant ».

canicule ciel femme soleil

« Le bilan à ce jour est plutôt rassurant ». Après les deux semaines de fortes chaleurs qui ont touché la majeure partie de l’Hexagone, la ministre de la Santé s’est voulue positive lors d’une conférence de presse qui s’est tenue mercredi 8 août. En effet, d’après Agnès Byzun, les différentes administrations et organismes de santé n’ont fait remonter « aucun signal d’alarme inquiétant ».

Dans les hôpitaux, les services d’urgence ont enregistré « une petite suractivité » : entre 3% et 6% des patients étaient liés à la canicule. Une hospitalisation a été nécessaire dans 55% des cas. Cette proportion a pu atteindre les 80% « ces derniers jours pour les personnes âgées de plus de 75 ans ». Il faudra toutefois attendre le mois de septembre pour que les chiffres sur la surmortalité soient publiés.

Maintenir la vigilance avec les personnes âgées

Si l’alerte canicule a été levée, la ministre a toutefois rappelé qu’il fallait rester vigilant avec les personnes âgées dans les jours à venir. En effet, le risque de décès est réel pour les seniors même « plusieurs jours après l’épisode caniculaire ». Agnès Buzyn a ainsi demandé aux collectivités locales et associations de « rester mobilisées pour contacter les personnes âgées jusqu’au weekend ».

Les parents de jeunes enfants sont également invités à la vigilance dans les semaines à venir, notamment du fait de l’augmentation du nombre de noyades constaté depuis le début de l’été. Les messages de prévention ont cessé d’être diffusés dans les média nationaux depuis hier.