En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Maladies chroniques et déserts médicaux parmi les priorités de santé

La ministre des Solidarités et de la Santé a publié une ébauche de sa stratégie de santé pour le quinquennat 2017-2022 et annonce le renforcement des démarches de prévention des maladies chroniques.

maladies chroniques

Et si la longévité des Français apportait de nouveaux enjeux de santé ? Les maladies chroniques et la prévention de la perte d’autonomie sont au cœur du plan quinquennal de la ministre, à raison, comme l’indique l’étude réalisée par le Haut Conseil de la Santé Publique. Il note « une augmentation constante des maladies chroniques » ainsi qu’ « un poids croissant des limitations et de la dépendance ».

En France, l’espérance de vie d’une femme est de 85,4 ans contre 79,3 ans pour un homme.

C’est pourquoi le HSCP classe les maladies chroniques (cancers, diabètes, maladies cardio-vasculaires…) et leurs conséquences parmi les 4 enjeux prioritaires de santé pour le quinquennat à venir. Son président, Franck Chauvin, explique que « les maladies chroniques touchent quelque 15 millions de personnes en France et selon les projections, ce nombre pourrait monter à 20 millions en 2020 ».

Des précisions sur les déserts médicaux en octobre

Autre cible du plan quinquennal, la difficulté d’accès aux soins et les déserts médicaux. « L’objectif est de passer […] à une approche centrée sur les besoins des patients, avec des parcours organisés au niveau du territoire » précise la stratégie quinquennale d’Agnès Buzyn.

La ministre de la Santé dévoilera un plan en octobre pour lutter contre les déserts médicaux et les inégalités sociales d’accès à la santé après des concertations avec les professionnels de santé, les usagers et les élus qui devraient permettre de préciser ce plan et de « redonner de l’impulsion et du souffle à nos politiques de santé. » En 2016, une étude de Que Choisir indiquait que 5% des Français se trouvait dans un désert médical et avait du mal à accéder à des consultations chez un médecin généraliste par exemple.