Post-AVC : la marche devient votre meilleur allié

Si la pratique sportive régulière, augmentant le rythme cardio-respiratoire, est fortement recommandée par l’OMS (30 minutes, 5 fois par semaine), celle-ci est d’autant plus importante pour préserver la santé des victimes d’un AVC.

Les bienfaits de la marche sur les survivants d’un AVC

150 000, c’est le chiffre moyen d’AVC en France chaque année. Sachant que ces patients sont susceptibles d’une récidive dans 30 à 45% des cas, dans les cinq ans qui suivent, cela peut provoquer de grandes angoisses psychologiques. Pour pallier à ces risques, l’American Academy of Neurology a récemment publié une étude sur les bienfaits du sport, notamment de la marche, pour tous ces « miraculés ».

Pratiquée à hauteur de 4 heures par semaine, la marche permet de diminuer le risque de :

  • Récidive de 30% ;
  • Décès de 54% (de toute autre cause).

Pourquoi cette focalisation sur la marche ?

Bien évidemment, les adeptes de vélo ou jardinage peuvent aussi remplacer la marche ou la compléter avec leur sport favori. 3 heures de marche par semaine ou 4 heures de jardinage par semaine seraient tout aussi efficaces pour les patients désireux de préserver leur santé suite à une maladie cardio-vasculaire.

Cependant, la marche est réalisable par la plupart des patients, accessible, peu coûteuse.

L’étude citée ci-dessus a d’ailleurs suivi près de 895 personnes durant 4 ans et demi : survivants d’AVC ou non et marchant entre 3 à 7 heures par semaine ou non. Agés d’environ 72 ans, ces personnes ont été questionnées sur leurs habitudes alimentaires, sportives et quotidiennes. 15% des personnes ayant pratiqué dans le groupe des survivants sont décédées, contre 33% pour les personnes n’ayant pas pratiqué.

Les médecins insistent donc sur l’impact de la marche, de façon modérée et adaptée à ses habitudes au fur et à mesure, surtout chez les plus jeunes miraculés. D’après le Professeur Raed A. Joundi : 

" Les survivants plus jeunes […] peuvent tirer le meilleur parti pour leur santé en ne marchant que 30 min par jour. "

Le conseil d’un médecin spécialisé est bien sûr toujours recommandé lors du démarrage d’une activité sportive, surtout si vous avez une médication à base d’anticoagulants, ne vous lancez pas dans un sport sans connaître les risques encourus.

Mettre en place une routine sportive après un AVC peut être décourageant. N’hésitez pas à vous faire accompagner ! La réadaptation cardiaque est d’ailleurs remboursée à 100% par la Sécurité Sociale après un premier AVC.