Infarctus : détecter les risques grâce à un simple examen des yeux

Selon une récente étude scientifique, il serait possible d’anticiper l’apparition d’un infarctus grâce à un simple examen santé de la rétine. En effet, ce test oculaire pourrait fournir des informations capables d’identifier les personnes qui présentent un risque de développer une maladie cardiaque. Focus sur cette découverte.

Mutuelle optique senior pourquoi indispensable comment choisir

Un test oculaire qui fournit des informations sur la santé

Dépister un infarctus en auscultant les yeux ? D’après des chercheurs de l’Université d’Édimbourg en Écosse, ce serait possible ! En menant leurs recherches, ils ont découvert que combiner des informations sur les vaisseaux sanguins dans la rétine avec des données génétiques permettrait de détecter un risque cardiaque chez certains patients. Cet examen préviendrait également les infarctus du myocarde. Il s’agit d’une maladie cardio-vasculaire qui touche près de 120 000 personnes par an.

Ana Villaplana-Velasco, doctorante aux instituts Usher et Roslin à l’Université d’Edimbourg et principale autrice de l’étude, explique :

Nous savions déjà que les variations de la vascularisation de la rétine pourraient offrir des informations sur notre santé. Étant donné que l’imagerie rétinienne est une technique non invasive, nous avons décidé d’étudier les avantages pour la santé que nous pourrions obtenir de ces images. Nous avons étudié les schémas de ramification du système vasculaire rétinien en calculant une mesure appelée dimension fractale (Df) à partir des données disponibles auprès de la UK Biobank. Nous avons constaté qu’un Df inférieur, des schémas de ramification des vaisseaux simplifiés, est lié à la CAD et donc à l’infarctus du myocarde.

Prévenir le risque d’infarctus grâce à un modèle

Les scientifiques ont développé un modèle pour prévenir le risque de crise cardiaque grâce à une analyse des images rétiniennes des patients. Ce modèle prend ainsi en compte des critères tels que :

  • L’âge ;
  • Le genre ;
  • La pression artérielle ;
  • L’indice de masse corporelle.

Par ailleurs, les risques pourraient être plus élevés chez les femmes. Ana Villaplana-Velasco précise :

Nous aimerions approfondir cette question et entreprendre une analyse spécifique au sexe. Nous savons que les femmes présentant un risque élevé d’infarctus du myocarde ou de coronaropathie ont tendance à présenter des déviations vasculaires rétiniennes prononcées par rapport à la population masculine. Nous aimerions répéter notre analyse séparément chez les hommes et les femmes pour déterminer si un modèle spécifique au sexe pour l’IM complète une meilleure classification des risques.