Votre urine peut détecter une tumeur cérébrale

L’Université de Nagoya a récemment prouvé qu’un simple test urinaire pouvait permettre de déceler les tumeurs du cerveau. Une avancée pour le diagnostic précoce des cancers.

cancer cerveau

Il est particulièrement compliqué de repérer une tumeur cérébrale à son stade précoce. Actuellement, seuls un CT-scan et une IRM (imagerie par résonance magnétique) permettent le diagnostic précis. Et ces moyens ne peuvent entrer en jeu qu’après la constatation de troubles neurologiques, comme une difficulté à se mouvoir ou à parler. Mais à ce stade, il est souvent trop tard pour agir sur la tumeur.

Les scientifiques travaillaient donc à trouver des méthodes plus faciles, moins coûteuses et plus précises pour détecter les tumeurs cérébrales suffisamment tôt pour pouvoir intervenir. Ils ont notamment creusé autour des microARN, qui sont vus comme des potentiels indicateurs de tumeurs. Le 1er avril 2021, des chercheurs ont proposé, dans ACS Applied Materials & Interfaces, d’utiliser les tests urinaires comme outil de diagnostic.

Un simple test est efficace à 100%

Jusque-là, cette méthode n’avait pas été mise en avant car la technologie ne permettait pas d’extraire les microARN de l’urine. Les chercheurs ont donc développé un dispositif adéquat. Celui-ci est équipé de 100 millions de nanofils en oxyde de zinc, pouvant être stérilisés et produits en grande quantité. Ils permettent d’extraire les microARN en masse et avec variété.

Cette technique en place, ils ont pu tester l’efficacité des microARN en tant que biomarqueurs en comparant les échantillons de personnes avec et sans tumeurs au cerveau. Le résultat a montré une distinction avec une sensibilité de 100% et une spécificité de 97%, quelle que soit la taille et la malignité de la tumeur. Une grande avancée pour la recherche sur le cancer.