En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Santé : le tabac en cause dans 1 mort sur 8 en France en 2015

En 2015, le tabac a tué plus de 75 000 personnes en France, ce qui représente 1 decès sur 8. La tendance pourrait toutefois aller à la baisse, puisque le nombre de fumeurs quotidiens diminue ces dernières années.

tabac

En 2015, le tabac a été en cause dans 75 320 décès en France, selon les derniers chiffres officiels publiés à l’occasion de la journée mondiale sans tabac, qui se déroulera le vendredi 31 mai. Avec 580 000 décès enregistrés cette année-là, le tabagisme est responsable d’une mort sur huit. Il « reste la première cause de décès évitable en France », rappelle l’agence Santé Publique France.

Les hommes ont été davantage touchés que les femmes en 2015 : 19% des hommes décédés en 2015 sont morts à cause du tabac, contre 7% des femmes. En revanche, sur le long terme, le tabagisme a tué davantage de femmes que d’hommes. En effet, entre 2000 et 2015, la proportion d’hommes décédés à cause du tabac a diminué (-11%) tandis qu’elle a été multipliée par 2,5 chez les femmes.

1,6 million de fumeurs en moins depuis 2016

Il existe toutefois de bonnes raisons de se réjouir. Selon Santé Publique France, depuis 2016, on compte 1,6 million de fumeurs quotidiens en moins en France, dont 600 000 au premier trimestre 2018. Certains facteurs peuvent expliquer le recul du nombre de fumeurs, notamment l’augmentation progressive des prix des paquets de cigarettes, le remboursement des substituts nicotiniques par l’Assurance maladie et l’opération Mois sans tabac, qui a eu lieu en novembre.

Interrogé sur Europe 1, Olivier Smadja, responsable Tabac Info Service à Santé Publique France, se voulait optimiste : « On peut rêver d’une première génération sans tabac », même s’il « faudra encore au moins une quinzaine d’années si les chiffres de prévalence continuent de baisser ».