En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Tabac : forte baisse du nombre de fumeurs en France en 2017

Plus d’un million de personnes ont arrêté de fumer en France entre 2016 et 2017. Une baisse qui s’explique notamment par les actions de santé publique menées ces derniers mois et années pour lutter contre le tabagisme.

Arrêter de fumer

La lutte contre le tabagisme porte ses fruits. D’après l’agence Santé Publique France, entre 2016 et 2017, plus d’un million de fumeurs quotidien ont arrêté de fumer. En un an, la proportion de personnes dépendantes au tabac est passée de 29,4% à 26,9%. Une « baisse » historique, qui « n’avait jamais été observée depuis 10 ans », comme le rappelle François Bourdillon, directeur de Santé Publique France.

Signe encourageant, la chute du nombre de fumeurs touche des populations particulièrement exposées :

  • Les personnes aux revenus faibles (34% en 2017 contre 38,8% en 2016) ;
  • Les chômeurs (43,5% en 2017 contre 49,7% en 2016) ;
  • Les adolescents, qui semblent moins attirés par le tabac. En 2017, 6 jeunes sur 10 disaient avoir essayé la cigarette, contre 8 sur 10 en 2014.

Des facteurs explicatifs

D’après le rapport, le recul du tabagisme est le résultat de différentes actions mises en place ces dernières années : hausse des prix du tabac, hausse du forfait de remboursement des substituts nicotiniques, instauration du paquet neutre…

Pour autant, le gouvernement ne compte pas s’en tenir à cette réussite. L’objectif est d’atteindre un taux de fumeurs quotidien inférieur à 17% en 2027, soit 5 millions de fumeurs en moins. Il faut « continuer cette lutte majeure contre l’un des plus grands fléaux de santé publique », rappelle la ministre Agnès Buzyn.

Astuce Malynx !

Certaines mutuelles santé prennent en charge les frais de santé liés au sevrage tabagique (substituts, consultations chez un tabacologue…).