En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

700 000 Français ont arrêté de fumer du tabac grâce à la cigarette électronique

En 7 ans, la cigarette électronique a aidé 700 000 Français à arrêter de fumer du tabac. Pour autant, elle garde une image plutôt négative auprès de l’opinion publique.

Cigarette électronique

La cigarette électronique a fait bouger les habitudes des Français. D’après une étude Santé Publique France publiée mercredi 26 juin, en 7 ans, « environ 700 000 personnes ont arrêté de fumer grâce à l’e-cigarette, seule ou combinée à d’autres aides ». Par ailleurs, 80% des vapoteurs qui n’ont pas totalement abandonné le tabac déclarent avoir réduit leur consommation, d’un paquet entier à 9 cigarettes par jour en moyenne.

Selon le rapport, 2,5 millions d’adultes utilisent une cigarette électronique en France. Comme l’explique Guillemette Quatremère, le responsable de l’étude, dans une interview à 20 minutes, en 2017, 3,8% de la population affirmait vapoter et 2,7% le faisait quotidiennement. Le profil de ces utilisateurs est plutôt masculin et diplômé.

Une image toujours contrastée

Pour les fumeurs qui sont passés – partiellement ou totalement – du tabac à la cigarette électronique, les motivations étaient bien souvent liées à des questions de santé. 60% ont tenté l’expérimentation en vue d’arrêter de fumer et 30% en vue diminuer leur consommation.

Pour autant, la cigarette électronique garde une image négative auprès de l’opinion publique. Pour plus de 50% des personnes interrogées, elle est aussi voire plus nocive que la cigarette ordinaire. Pourtant, « les émissions de e-cigarette, sans être dénuées d’effets indésirables, sont infiniment moins nocives pour la santé que la fumée du tabac », rappelle Bertrand Dautznberg, pneumologue et tabacologue.