Tabac : 5 méthodes pour arrêter de fumer


Le tabagisme est responsable de nombreux problèmes de santé et de milliers de décès par an en France. Très addictif, il est souvent difficile pour un fumeur de stopper sa consommation de tabac. À l’occasion de la journée mondiale sans tabac, ce mardi 31 mai 2022, LeLynx.fr vous livre quelques méthodes pour arrêter de fumer.

Les substituts nicotiniques

Patchs ou pastilles à la nicotine… Ces substituts nicotiniques sont connus depuis des années par le grand public, et pour cause. Ces dispositifs s’avèrent majoritairement efficaces pour combattre le tabagisme !

Selon le site Ameli, ils augmentent les chances de réussite de 50 % à 70 %, une donnée intéressante lorsque l’on sait que la majorité des rechutes ont lieu durant les 6 premiers mois de l’arrêt.

Cette efficacité est donc reconnue dans le milieu médical. La majorité des addictologues prescrivent ces substituts nicotiniques. Les médecins et les sages-femmes peuvent aussi le faire ! Par ailleurs, lorsqu’ils sont prescrits sur ordonnance, ces substituts à la nicotine sont remboursés à 65 % par l’Assurance maladie. Le ticket modérateur est pris en charge par la plupart des complémentaires santé.

Arrêter de fumer

Les traitements médicamenteux

Dans certaines situations, un traitement peut être requis. La varénicline ou le bupronion sont prescrits lorsque les substituts nicotiniques ont échoué. Ces médicaments sont généralement proposés aux gros fumeurs, c’est-à-dire aux personnes consommant entre 1 et 3 paquets par jour.

La varénicline agit sur les récepteurs du cerveau. Cette substance réduit le manque de nicotine. Quant au buproprion, il agit sur l’envie de fumer en la diminuant.

La prescription de l’un de ces deux médicaments sous-entend un suivi médical assidu de la part d’un médecin pendant toute la durée du traitement. En effet, plusieurs effets secondaires peuvent apparaître.

La cigarette électronique

Vapoter : un nouveau mot qui est entré dans le dictionnaire, mais aussi dans les habitudes de centaines de Français.

Plusieurs dizaines de fumeurs se sont tournés vers la e-cigarette pour tenter d’arrêter de fumer. Contrairement aux substituts, type chewing-gum à la nicotine, l’utilisation de la cigarette électronique conserve le geste, souvent difficile à supprimer pour les plus gros fumeurs.

Le principal avantage de la e-cigarette réside dans sa composition. Elle contient moins de produits toxiques qu’une vraie cigarette qui est composée d’environ 70 substances cancérigènes. Cependant, elle reste nocive pour la santé, comme le rappelle l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans un rapport publié en 2019.

Quelques études attestent de l’efficacité de la e-cigarette. Cependant, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a publié un avis en janvier dernier indiquant que les preuves actuelles sont « insuffisantes pour proposer les SEDEN* comme aides au sevrage tabagique dans la prise en charge des fumeurs par les professionnels de santé ».

*Système électronique de délivrance de la nicotine

L’hypnose

L’hypnose est une méthode très plébiscitée pour arrêter de fumer. L’intérêt est de modifier la perception de la cigarette, notamment par le biais de suggestions sur l’odeur ou le goût. L’hypnose va également agir sur les croyances et les peurs, comme les sautes d’humeur et la prise de poids liés à l’arrêt du tabac.

Cette méthode est également connue pour vaincre des phobies, diminuer l’anxiété. Cependant, les preuves de l’efficacité scientifique de l’hypnose sont encore minces à l’heure actuelle. Si quelques études, comme celle publiée par Cochrane en 2019, démontrent des résultats similaires aux aides pharmacologiques sur une période donnée, les praticiens de l’hypnose sont formels : la motivation est la principale clé de réussite.

En effet, certains patients tentaient l’expérience de l’hypnose en pensant que cette méthode ferait tout à leur place. Néanmoins, il a été démontré que l’hypnose n’est qu’efficace que si le fumeur possède une réelle volonté ainsi qu’une réceptivité à ce type de pratique.

Toutefois, certains professionnels de santé peuvent recommander l’hypnose en complément d’une autre technique pour arrêter la cigarette, par exemple les substituts à la nicotine et hypnose. Par ailleurs, les médecins incitent fortement les fumeurs à associer l’arrêt du tabac à une autre pratique, comme le sport, la méditation ou le yoga.

hypnose arrêt tabac

Et la stimulation cérébrale ?

Dans une étude publiée en avril 2022, des chercheurs du Centre Hospitalier Universitaire de Dijon se sont intéressés à la stimulation cérébrale non invasive. Il s’agit d’une stimulation localisée, sans anesthésie, qui se limite à la surface du cerveau.

Pour ce faire, les chercheurs ont analysé 7 études regroupant 669 patients ayant pour but l’arrêt du tabac. Les fumeurs ayant reçu cette stimulation cérébrale démontraient une abstinence 2,39 fois supérieure que l’autre groupe, ayant reçu une stimulation fictive. D’autres études scientifiques évoquent cette technique comme une alternative prometteuse pour lutter contre le tabagisme.

Le tabagisme en quelques chiffres

  • Le tabagisme est la 2ecause de décès dans le monde ;
  • Le tabagisme est responsable de 6 millions de morts ;
  • 600 000 personnes décèdent à cause du tabac alors qu’ils étaient non-fumeurs ;
  • En arrêtant de fumer, vous réduisez votre empreinte carbone de 76 kg/CO2 par an et économisez environ 2 700 €/an (exemple pour un fumeur consommant 15 cigarettes par jour sur un paquet de 20 dont le montant est 10 €).

Toujours pas convaincu pour arrêter de fumer ? Vous pouvez être accompagné par un professionnel. Pour cela, rendez-vous sur tabac-info-service.fr !