En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Exposition au radon : la France est-elle bien préparée ?

Dans son numéro d’août 2020, la revue médicale Prescrire dresse un bilan des mesures sanitaires françaises pour prévenir l’exposition au radon, à l’origine de nombreux cancers du poumon.

radon cancer poumon

Le radon est un gaz radioactif issu de l’uranium. Son caractère invisible, inodore et sa capacité à se répandre le rend extrêmement dangereux. Depuis 1987, on sait que le radon est un cancérogène pulmonaire. Il est même à l’origine de 3 000 décès par an, ce qui fait de lui la deuxième cause de cancer du poumon après le tabagisme actif et au même rang que le tabagisme passif.

En France, de nombreuses mesures ont été prises entre 2018 et 2019 pour se mettre en conformité avec la réglementation européenne. Le niveau de référence de radon dans l’air intérieur a été baissé de 400 Bq/m3 à 300 Bq/m3 (becquerel par mètre cube). Il est possible de le mesurer avec un dosimètre. Cette décision applicable aux établissements publics et professionnels devrait éviter 15 morts par an.

Comment lutter contre la pollution intérieure dans son logement ?
Lire l'article

Répartition en trois zones selon les risques

Depuis le 1er juillet 2018, les communes ont été classées en trois zones selon leur potentiel de génération de radon. Il est possible de consulter la carte de France du radon sur le site de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Tous les dix ans, il est obligatoire d’effectuer des mesures de radon dans certains établissements de zone 3, ou des autres zones dans les lieux dépassant 300 bq/m3. Sur le lieu de travail, une « zone radon » doit être délimitée.

Depuis le 21 février 2019, les communes de zone 3 doivent informer tous les habitants des risques du radon et des gestes de prévention. Les propriétaires et exploitants des établissements au-dessus du seuil et recevant du public doivent informer le public et corriger l’étanchéité de leur bien ; pareil pour les employeurs. Enfin, la Direction générale de la santé oblige à informer la population quand l’eau du robinet contient 100 à 1000 bq/m3.