En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Tout savoir sur le cancer de l’œsophage

Paul Leboulanger - mis à jour le

Le cancer de l’œsophage peut être très dangereux lorsqu’il est tardivement diagnostiqué. C’est pourquoi il faut bien surveiller les symptômes sur la santé et identifier les facteurs de risque.

Qu’est-ce que le cancer de l’œsophage ?

Comment fonctionne l’œsophage ?

L’œsophage est l’un des organes du corps humain. Permettant la digestion, il a la forme d’un tube et relie le larynx à l’estomac. Lorsque vous mangez, l’œsophage transporte les aliments de votre bouche jusqu’à votre estomac avant d’enclencher le processus de digestion.

Le cancer de l’œsophage : c’est quoi au juste ?

Lorsque le sphincter, un muscle situé à l’entrée de l’estomac, ne fonctionne pas normalement, cela entraîne des reflux gastro-œsophagiens. Un liquide très acide va donc remonter et irriter la paroi de l’œsophage. Le cancer de l’œsophage est une tumeur maligne qui va se développer dans les tissus du tube. Il existe deux types de cancer de l’œsophage :

  • Le carcinome épidermoïde: c’est un cancer situé dans la partie supérieure de l’œsophage, où sont les cellules squameuses qui tapissent la paroi ;
  • L’adénocarcinome: ce cancer est situé dans la partie inférieure de l’œsophage, où sont les cellules glandulaires qui sécrètent le mucus de digestion.

Quels sont les facteurs de risque ?

Les principales causes du cancer

Le cancer de l’œsophage peut être favorisé par différents facteurs certains ou probables. Parmi ceux-ci, on compte notamment :

  • Alcoolisme;
  • Obésité ou surpoids ;
  • Reflux gastro-œsophagiens fréquents ;
  • Radiothérapies;
  • Consommation de tabac, maté et chique de bétel.

Pour éloigner les risques de cancer de l’œsophage, il convient donc d’avoir un régime riche en fibres (présents dans les fruits et les légumes) ; cesser l’excès d’alcool ou l’addiction au tabac ; veiller à ne pas être en surpoids ; consulter un médecin en cas de troubles gastro-œsophagiens.

Les personnes les plus atteintes

Le cancer de l’œsophage touche plus particulièrement certaines populations. Ainsi, ceux qui souffrent déjà d’achalasie (maladie du sphincter), de tylosis (peau), du syndrome de Plummer-Vinson ou de reflux (œsophage de Barrett) ont un terrain plus propice au développement de ce type de cancer.

De manière générale, les hommes ont davantage de cancer de l’œsophage que les femmes. Les personnes de plus de 50 ans et en surpoids ont également plus de possibilité d’en être victime.

Symptômes du cancer de l’œsophage

Le premier symptôme du cancer de l’œsophage est la dysphagie intermittente. De quoi s’agit-il ? Le malade souffre alors de difficultés à avaler. Les aliments paraissent se bloquer derrière le sternum.

La dysphagie peut ensuite devenir persistante et régulière. Dans ce cas, le patient perd de l’appétit, maigrit, a de nombreuses régurgitations, des hoquets et son haleine devient lourde. Mis à part les difficultés à avaler, on peut compter d’autres symptômes tels que :

  • Douleur au thorax;
  • Brûlures d’estomac;
  • Rots douloureux ;
  • Fatigue forte ;
  • Nausées, vomissements (parfois de sang) ;
  • Enrouement de la voix ;
  • Difficultés à respirer.

Ces symptômes ne révèlent pas forcément la présence d’une tumeur cancéreuse. Si vous avez de tels symptômes, rendez-vous chez un médecin pour établir un diagnostic.

Cancers : traitements et prises en charge

Cancer de l’œsophage : le diagnostic

Pour diagnostiquer un cancer de l’œsophage, une endoscopie ou fibroscopie est nécessaire. Il s’agit d’une fibre optique placée dans le tube digestif, équipée d’une caméra qui analyse tout ce qui s’y passe grâce à des biopsies.

Pour confirmer, dans un second temps, les résultats de la fibroscopie, un examen anatomopathologique sera effectué. Au cours de cet examen, on prélève les tissus de l’œsophage pour les analyser. Ensuite, à travers des examens d’imagerie, on pourra connaître l’étendue de la tumeur. C’est le rôle du scanner thoracique et pelvien.

Comment traiter le cancer de l’œsophage ?

Oesophagectomie

Le principal traitement contre le cancer de l’œsophage est chirurgical. On appelle l’opération oesophagectomie : le médecin va procéder à une ablation totale ou partielle de l’œsophage et des ganglions voisins. Parfois, il faut même sectionner une petite partie de l’estomac. Il existe trois façons de procéder à la chirurgie, dans un premier temps :

  • La laparotomie, qui consiste à faire monter l’estomac pour reséquer les ganglions ;
  • La thoracotomie, qui sert à disséquer complètement l’œsophage et des ganglions sans menacer l’aorte ;
  • La cervicotomie, pour une dissection de l’œsophage cervical et un curage ganglionnaire.

Grâce à ces voies de chirurgie, peuvent alors commencer l’opération. Il en existe deux sortes :

  • L’oesophagectomie subtotale par double voie abdominale ;
  • L’oesophagectomie subtotale avec curage ganglionnaire.

Il faut tout de suite évoquer les risques de cette opération chirurgicale. Les taux de mortalité ne sont pas positifs : l’oesophagectomie est l’une des interventions les plus dangereuses de la chirurgie viscérale. Voici un tableau qui rappelle les taux de mortalité de cette intervention.

RisquesMinimum (%)Maximum (%)
Complications30%50%
Décès2%18%

La chirurgie par laser

Dans certains cas, l’oesophagectomie est contre-indiquée. On conseille alors au patient une chirurgie par laser. Ainsi, on détruit grâce aux rayons les cellules cancéreuses.

Chimiothérapie ou radiothérapie

Dans les cancers métastatiques, le meilleur traitement est la chimiothérapie. Celle-ci va freiner le développement dans la maladie et soulager les symptômes, ce qui aura pour effet d’améliorer la vie du patient.

La radiothérapie peut aussi être une solution, dans les cancers localement avancés, en cas de contre-indication à la chirurgie.

Quelles chances de survie ?

Pronostics de survie

Les progrès de la médecine permettent de réduire très fortement la mortalité dans les cas où le cancer est dépisté assez tôt. Selon la Revue médicale suisse, « aux stades précoces, la chirurgie radicale seule procure des taux de guérison de l’ordre de 60 à 70% ». En vérité, la survie médiane à 5 ans est aux alentours de 15%, et peut atteindre 25% si les ganglions voisins ne sont pas envahis par la tumeur.

Il faut savoir que les pronostics de survie au cancer de l’œsophage prennent en compte plusieurs critères :

  • Le stade de la tumeur ;
  • La propagation aux ganglions ;
  • La propagation aux organes ;
  • L’indice fonctionnel de Karnofsky (capacité du malade à agir au quotidien).

Survie grâce à l’oesophagectomie

Pour un traitement de type oesophagectomie, même si les risques sont élevés, la chance d’avoir vaincu le cancer est tout de suite accrue. Voici un tableau des taux de survie selon le stade du cancer de l’œsophage.

Stade de la tumeurChances de survie
Stade I70%
Stade IIA60%
Stade IIB40%
Stade III<25%

Prise en charge et remboursement

Le cancer de l’œsophage est une affection à longue durée (ALD) et à ce titre fait partie d’un protocole de soins. Vous devez donc être remboursé à 100% par la Sécurité sociale pour tous les soins que vous ferez en rapport avec cette maladie.

Cet article vous a-t-il été utile ?