En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : une étude s’intéresse aux stades de dépistage des cancers

A quels stades les cancers sont-ils diagnostiqués en France ? L’Institut national du cancer et Santé Publique France publient une étude de santé inédite sur la détection de ces maladies.

dépistage cancer du sein

L’Institut national du cancer (Inca) et l’agence Santé Publique France ont publié pour la première fois une estimation nationale sur les stades de détection des cancers. L’étude révèle en effet que :

  • 59% des cancers du sein sont détectés à un stade précoce, contre 30% à un stade intermédiaire et 10% à un stade avancé ;
  • 44% des cancers du colon sont détectés à un stade précoce, contre 23% à un stade intermédiaire et 33% à un stade avancé ;
  • 47% des cancers du rectum sont diagnostiqués à un stade précoce, contre 20% à un stade intermédiaire et 34% à un stade avancé.

Pour rappel, actuellement, seuls ces cancers font l’objet de dépistages organisés, pour les personnages âgées de 50 à 74 ans.

Améliorer le dépistage

Ces chiffres, collectés pendant la période 2009-2012, vont permettre d’ « adapter les politiques publiques de prévention et de lutte contre le cancer », note l’Inca, mais aussi d’encourager le dépistage. Un réflexe qui n’est pas encore ancré auprès de la population, et qui peut s’expliquer par « la peur du cancer », rappelle Philippe-Jean Bousquet, de l’Institut national du cancer.

Pourtant, plus un dépistage est précoce, plus les chances de guérison sont élevées. Elles sont par exemple de l’ordre de 90% dans le cas du cancer du colon. Le rapport de L’Inca et de Santé Publique France devrait être suivi d’autres publications, notamment sur les cancers de la prostate, de la thyroïde, du col de l’utérus et sur le mélanome cutané.