En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Cancers : toujours plus de malades, mais moins de décès en France

Une étude de Santé Publique France et de l’Institut national du cancer (INCa) dresse un bilan mitigé de l’évolution du nombre de cancers et de leur mortalité.

C’est un rapport attendu que viennent de révéler Santé Publique France et l’INCa, après 28 ans de travaux. De 1990 à 2018, les chercheurs ont noté une augmentation du nombre de personnes touchées par un cancer. Chaque année, la France en compte 400 000 nouveaux. Paradoxalement, la mortalité due aux cancers est, elle, en constante diminution.

Quels sont les cancers contre lesquels la science a le plus avancé ? Premier enseignement : souvent les cancers qui touchent les hommes. Selon l’étude, les hommes victimes de cancer du larynx ont vu leur taux de mortalité chuter (-6,3%), tout comme pour le cancer de la lèvre, de la bouche et du pharynx (-3,5%), ou encore le cancer de l’œsophage (-3,4%).

causes des cancers en france

Source : INCa

Un meilleur dépistage du cancer du sein

Chez les femmes, la réduction touche principalement la mortalité liée au cancer de la thyroïde (-3,4%) et de l’estomac (-3%). Le cancer féminin le plus répandu est celui du sein. En 2018, on compte 58 400 nouveaux cas. Pourtant, le nombre de décès corrélés à ces tumeurs a reculé de 1,3% par an. Selon le médecin Gautier Defossez, ce chiffre est dû à un bon dépistage : « 60% des femmes de 50 à 74 ans réalisent une mammographie tous les deux ans ».

Pour les autres cancers, les raisons de la diminution sont variées. Pour le cancer du côlon, par exemple, il s’agit d’une baisse de la consommation de viande couplée à un régime plus riche en fibres. Pour la thyroïde, les progrès de la médecine en matière d’imagerie permettent de meilleurs diagnostics. Enfin, les cancers ORL ont chuté en même temps que l’addiction au tabac et à l’alcool. Cependant, le cancer du poumon reste le plus meurtrier chez l’homme.