L’explosion des allergies serait directement liée au stress

Une récente étude japonaise montre que le stress psychologique est un facteur sinon déclencheur, du moins aggravant des allergies. Un pas en avant pour trouver des remèdes efficients.

allergies pollens

« Dans ma pratique quotidienne, je rencontre de nombreux patients allergiques qui disent que leurs symptômes se sont aggravés en raison du stress psychologique », explique le professeur de l’université d’Osaka, Mika Yamanaka-Takaichi. Celui-ci a présenté une étude parue dans l’International Journal of Molecular Sciences le 9 mars dernier.

D’après ses travaux, l’hormone de stress qui libère de la corticotropine serait directement impliquée dans l’augmentation des réactions allergiques. Cette corticotropine, secrétée par la glande hypophyse, stimule la glande surrénale dans les situations de stress. En somme, à chaque fois que le patient est soumis à un fort stress, la corticotropine va être produite afin d’enclencher la gestion physique de ce stress.

Comment soulager une allergie aux pollens ?
Lire l'article

L’antalarmin, solution miracle ?

Ce que le professeur Mika Yamanaka-Takaichi a découvert, c’est que cette sécrétion serait responsable d’une prolifération de mastocytes. Ces derniers sont des cellules, de la famille des globules blancs, caractérisés par de nombreuses granulations (petites masses rondes) et sont présents dans la cavité nasale où ils provoquent souvent des allergies. L’hormone de stress causerait non seulement leur prolifération mais aussi leur dégranulation, ce qui engendrerait des inflammations.

« Nous avons également découvert un potentiel thérapeutique chez les candidats, comme l’antalarmin », se réjouit le professeur japonais. L’antalarmin est un médicament qui réduit la libération de corticotropine dans les situations de stress et donc les effets indésirables comme l’anxiété, la dépression et les allergies. Pour rappel, 25 à 30% de la population française est allergique à quelque chose. En 2050, cette proportion pourrait atteindre la moitié de l’humanité selon l’OMS, alors qu’elle était de moins de 5% en 1970.