En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les Français sous-estiment le risque d’allergies, surtout chez les enfants

Les allergies sont de plus en plus répandues, notamment chez les enfants. Une problématique de santé qui demeure toutefois méconnue des Français.

allergie aux pollens

Les Français sous-estiment les allergies et leurs conséquences, d’après un sondage réalisé par l’Ifop en février dernier. En effet, seulement 55% d’entre eux savent que les allergies peuvent apparaître à n’importe quel âge, et 47% estiment qu’il ne s’agit pas d’une vraie maladie. Pourtant, l’OMS considère que l’allergie est la 4ème maladie mondiale et qu’elle toucherait 30% de la population.

Les sondés ont également tendance à sous-évaluer le risque pour les enfants de développer des allergies : ils évaluent le risque à 3% sans parents allergiques, à 21% avec un parent allergique et à 67% avec deux parents allergiques. Selon les scientifiques, ces chiffres sont bien plus élevés, respectivement à 10%, 30-50% et 80%.

Les enfants particulièrement touchés

« Les Français sont loin d’appréhender la gravité du problème de l’allergie chez l’enfant », constate l’association Asthme & Allergies. Si 10% des enfants souffriraient de ce type de maladie, ils seraient bien plus nombreux dans les villes polluées. Des pathologies qui peuvent avoir des conséquences lourdes sur le quotidien, à commencer par l’absentéisme à l’école.

Les allergies pourraient toutefois être traitées bien plus tôt. D’après l’association, il s’écoule « sept ans en moyenne entre l’apparition des premiers symptômes allergiques et la consultation d’un allergologue ». Une errance thérapeutique qui peut changer : les allergies sont en effet détectables dès le plus jeune âge, bien que 90% de la population l’ignore.