En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Santé : le réchauffement climatique augmente le risque d’allergies

A l’occasion de la Journée française de l’allergie, 3 associations ont dénoncé un effet néfaste du réchauffement climatique sur la santé. Ce phénomène conduirait à une hausse des quantités de pollens et donc accélérerait les risques d’allergies.

allergie aux pollens

Le 19 mars est la Journée française de l’allergie. A ce titre, la Fédération des associations de surveillance de qualité de l’air (Atmo France), le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) et l’Association des pollinariums sentinelles de France (APSF) ont présenté leur bilan annuel. Ils dénoncent ici les conséquences néfastes pour la santé du réchauffement climatique.

Dans le détail, les 3 entités déclarent que ce phénomène et « la hausse des températures conduisent à une augmentation des quantités de pollen » à l’origine de gênes ou d’allergies respiratoires. Ainsi, en 2018, « ce constat se vérifie puisque le pollen de bouleau enregistre un pic anormal des concentrations durant le mois d’avril », ajoute le rapport.

Un Français sur 4 touché

Pour autant, le bilan précise que « d’après les simulations faites par le RNSA, les effets du changement climatique sur les pollens risquent de s’amplifier dans le futur ». L’année dernière, l’épisode de chaleur au mois d’avril a permis des quantités de pollens record, pouvant être battues cette année en cas de météo favorable dans les prochaines semaines.

Par ailleurs, les 3 organismes de surveillance ajoutent qu’une personne sur 4 souffre d’allergie respiratoire en France, dont 50% aux pollens et 10% aux moisissures. Ces maux constituent d’ailleurs la quatrième maladie chronique dans le monde, juste derrière les affections cardio-vasculaires, le cancer et le diabète.