En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Allergies : vers une diminution des remboursements des traitements ?

Le remboursement des traitements contre les allergies pourrait être revu à la baisse. Un projet qui est loin de faire l’unanimité parmi les professionnels de santé et les patients.

allergies pollens

Les allergies, un problème de saison dont les traitements pourraient bien coûter plus cher aux personnes qui en souffrent. En effet, un rapport récent de la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande de réduire le taux de remboursement des traitements de désensibilisation et de ne plus rembourser du tout les traitements par voie injectable. En cause, une efficacité « faible et mal démontrée ».

Concrètement, les traitements anti-allergie, aujourd’hui remboursés à hauteur de 65%, ne pourraient l’être qu’à hauteur de 15%. Les patients verraient donc leur reste à charge augmenter, de manière plus ou moins prononcée en fonction de leur mutuelle santé. Une proposition à nuancer toutefois, puisqu’il ne s’agit pour l’instant que d’une recommandation. La décision du ministère devrait être rendue le mois prochain.

Une mesure contestée

Cette recommandation de la Haute Autorité de Santé n’a pas laissé les allergologues, les professionnels de santé et les associations de patients indifférents. Perte de chance pour les patients, création d’inégalités dans l’accès aux soins, renoncement aux traitements… La mesure pourrait avoir des conséquences graves pour les patients selon les spécialistes. Reste à savoir si la ministre de la Santé Agnès Buzyn entendra ces arguments.

Pour rappel, les allergies touchent de nombreux Français. L’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) estime qu’elles affectent 25 à 30% de la population et que 300 000 personnes suivraient actuellement un traitement de désensibilisation.