En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Allergie aux pollens : 11 départements sont en alerte rouge

Les allergies aux pollens sont de retour, et 11 départements du sud de la France ont été placés en vigilance très élevée. En cause principalement, les températures douces et l’ensoleillement du mois de février.

Les beaux jours font leur retour, et les vagues d’allergies qui vont avec aussi. Le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) a indiqué cette semaine que le niveau de concentration des pollens était élevé dans plusieurs départements français. En cause principalement : les températures extrêmement douces de ces derniers temps et la pollution atmosphérique, « qui peut exacerber les symptômes d’allergie aux pollens ».

Actuellement, 11 départements du sud de la France sont placés en « vigilance très élevée », à savoir les Alpes-Maritimes, le Var, les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse, le Gard, la Lozère, l’Aveyron, l’Hérault, le Tarn, l’Aude et les Pyrénées-Orientales. « Les pollens de cyprès gagnent aussi du terrain sur le reste du pays vers le Nord, l’Est et l’Ouest mais en plus faible quantité que dans le Sud », ajoute le RNSA.

Allergie aux pollens : les gestes de prévention

Pour se protéger des pollens, les conseils du RNSA sont les suivants :

  • Rincer ses cheveux le soir et les protéger avec un chapeau pendant la journée ;
  • Porter des lunettes pour se protéger les yeux ;
  • Aérer au moins 10 minutes par jour avant le lever et après le coucher du soleil ;
  • Eviter de faire sécher le linge à l’extérieur ;
  • Garder les vitres fermées lors des déplacements en voiture.

D’autant plus que la situation pourrait empirer : le RNSA prévoit une augmentation de la concentration des pollens dans les prochains jours. A titre de comparaison, l’année dernière, le pic des allergies aux pollens avait été atteint à la mi-avril. Face au risque, le RSNA rappelle que « les allergiques doivent impérativement suivre leur traitement ou consulter leur médecin en cas de symptômes ».