En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

5 spécialités régionales (injustement) méconnues


Pour beaucoup, la crise sanitaire actuelle a été et continue d’être l’occasion de mieux découvrir la France, ses paysages et… sa gastronomie. Pour approfondir la question, voici 5 spécialités culinaires régionales qui mériteraient d’être plus connues. On n’a pas dit qu’elles étaient forcément bonnes pour la santé… mais pour le moral oui !

Le pounti, Auvergne

Le pounti est un plat typique auvergnat à la fois salé et sucré. Composé de farine, d’œufs, de lait, de feuilles de blettes, de lard, de chair à saucisse et de pruneaux, il peut aussi bien faire office d’entrée que de plat de résistance et être servi froid ou chaud. Le pounti était autrefois un incontournable des assiettes paysannes, parce qu’il tient bien au corps et est riche en énergie. Accompagnez-le d’une petite salade, vous nous en direz des nouvelles.

La Mauricette, Alsace

Il ne s’agit pas de votre vieille tante, mais bien d’une spécialité réputée en Alsace. La Mauricette, ou Malicette lorsqu’elle est de plus petite taille, est un petit pain conçu à partir de la même pâte que les bretzels. On peut la manger nature, en sandwich ou comme base de tartines à l’apéro. Dodue, goûtue, réconfortante… La Mauricette pourrait bien devenir votre alliée pour affronter l’hiver. Seul hic : il n’est pas facile d’en trouver hors d’Alsace.

La fougasse d’Aigues-Mortes, Camargue

Quand on vous dit fougasse, vous pensez olives, lardons, fromage… Désormais, pensez aussi sucré ! A Aigues-Mortes, dans le Gard, on fabrique une fougasse sucrée qui tient toutes ses promesses. Avec son léger parfum de fleur d’oranger et sa texture aussi moelleuse qu’aérienne, cette pâtisserie est devenue une institution dans la région. Dans les boulangeries, on la cuisine par plaques entières, qui ne font jamais long feu. Le seul risque que vous courez en la goûtant : l’adopter pour toujours.

La tarte vigneronne, Loire

La tarte vigneronne nous vient tout droit des bords de Loire, précisément de Chinon. Le principe : une pâte feuilletée, une fine couche de pommes fondantes sous la dent, une pincée d’épices et une gelée de vin rouge pour couronner le tout. Un dessert parfait pour les gourmands qui veulent allier plaisir et légèreté ! Et rassurez-vous, aucun risque de finir pompette en la dégustant : le vin étant porté à ébullition, l’alcool s’évapore.

Le gâteau à la broche, Pyrénées

Le gâteau à la broche est très présent dans les Hautes-Pyrénées et dans l’Aveyron. C’est la forme de cette pâtisserie qui vous surprendra : elle est conique et a des pics, si bien qu’elle peut évoquer un sapin. Le gâteau à la broche est fait à partir d’une pâte basique, qui peut être agrémentée de rhum, de vanille, de fleur d’oranger ou d’autres ingrédients dont chaque famille a le secret. Traditionnellement, ce gâteau était confectionné pour les grandes occasions, comme les mariages, les baptêmes etc. Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous à Arreau en juillet : tous les ans, une confrérie du Gâteau à la Broche y organise une fête dédiée.

Cet article vous a-t-il été utile ?