Le café ne serait pas si néfaste pour le rythme cardiaque

Faisant partie des boissons les plus consommées au monde après l’eau, le café possède de multiples vertus : regain d’énergie, riche en antioxydants, stimule la production de dopamine… Mais on prête également au café un certain nombre d’effets néfastes, dont une perturbation du rythme cardiaque. Que l’on se rassure toutefois, une récente étude conclut que la caféine n’augmenterait pas le risque de perturbations du rythme cardiaque chez une majorité de consommateurs.

Santé café pas si néfaste rythme cardiaque

« Une autre tasse de café sans arythmie, s’il vous plaît ! » C’est en ces termes que s’ouvre la démonstration des chercheurs qui ont publié leurs travaux dans la revue spécialisée JAMA Internal Medecine.

Seuls 4,4 % des buveurs de café concernés par un trouble du rythme cardiaque

Longtemps considéré comme l’un des responsables de troubles cardiaques, et en particulier d’arythmie, une anomalie faisant battre le cœur trop vite (on parle de tachycardie) ou trop lentement (bradycardie), le café ne représenterait pas un danger pour le cœur de ses buveurs : « Nous ne voyons aucune preuve de cette recommandation générale d’éviter le café ou la caféine », observe le Docteur Gregory Marcus, chercheur en cardiologie.

Le co-auteur de l’étude nuance quelque peu son propos en évoquant tout de même le fait qu’« il pourrait y avoir des individus pour lesquels la caféine est un déclencheur, mais je pense que les preuves sont plus en plus nombreuses pour dire que ces cas sont en fait assez rares ».

Ce ne sont pas moins de 386 000 personnes qui ont participé à cette étude britannique. Sur les presque 400 000 consommateurs de café, « seuls » 17 000 ont été concernés par la perturbation de l’appareil cardiovasculaire

Les chercheurs se sont également penchés sur l’éventualité selon laquelle ce breuvage pourrait même… réduire indirectement les risques d’arythmie, en cause : ses effets anti-inflammatoires et le « coup de fouet » qu’il procure, permettant aux consommateurs de rester actifs, et donc, d’améliorer la santé de leur cœur.

Longtemps considéré comme un dopant dans le milieu du sport, le café disparaît des substances dopantes de l’Agence mondiale antidopage (AMA) en 2004 pour redevenir pleinement un produit alimentaire. Il faut dire qu’il est un précieux allié pour les sportifs puisqu’il active le système nerveux central, favorise l’assimilation des glucides et améliore temporairement la force de contraction des groupes musculaires concernés par l’effort (et la liste n’est évidemment pas exhaustive).

Excès de caféine et complications : veillez au grain !

Attention toutefois à ne pas minimiser les risques d’une surconsommation de café. En effet, selon le Docteur Zachary Goldberger, professeur de médecine cardiovasculaire à l’Université du Wisconsin-Madison (Wisconsin, États-Unis), si le café ne mène pas à l’arythmie, il ne balaye pas complètement les risques d’en être atteint. 

Les auteurs de l’étude tiennent aussi à préciser que les buveurs de café peuvent réagir différemment à celui-ci et que des complications peuvent concerner certaines personnes, et moins d’autres. On omettra, par ailleurs, les très connus effets néfastes du café sur le sommeil, pouvant mener à l’insomnie

Il est donc de bon ton de ne pas consommer en excès cette boisson chaude, même si cette étude suggère que les effets « négatifs » du café sur le rythme cardiaque de ses consommateurs ne sont pas si délétères que l’on pourrait le penser.