En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : près d’un quart des adultes pourrait être obèse en 2045

Selon des projections publiées par des chercheurs, 22% des adultes seraient touchés par l’obésité dans le monde en 2045. Ce phénomène inquiète les pouvoirs publics quant aux conséquences médicales, même si en France, les signes sont moins alarmistes.

Poids et alimentation

Aujourd’hui, 13% des adultes sont touchés par ce problème de santé dans le monde selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En 2045, ce chiffre devrait s’élever à 22% selon les projections réalisées par des chercheurs dans le cadre du Congrès européen sur l’obésité. Un chiffre en constante augmentation ces dernières années.

Pour rappel, cette maladie est définie en fonction de l’indice de masse corporelle (IMC). Il se calcule en divisant le poids d’un individu par sa taille au carré. Il faut que l’IMC soit égal ou supérieur à 30 pour déterminer qu’une personne est obèse. Au-dessus de 25, on parle de surpoids.

Des disparités entre les pays

Ce phénomène ne devrait pas toucher tous les pays dans les mêmes proportions. Ainsi aux Etats-Unis, plus de la moitié de la population devrait être obèse en 2045 (55%). A contrario en France, la tendance est à une stagnation depuis près de 10 ans, autour de 17% de la population. Ces différences sont justifiées par des différences dans l’alimentation et les modes de vie.

Conséquence directe, le diabète de type II pourrait donc toucher une personne sur 8 d’ici 25 ans. Un des auteurs de cette projection, le docteur Moses prédit que le « coût pour les systèmes de santé sera énorme ». En effet, l’obésité provoque la multiplication des maladies cardiovasculaires et des cancers.