En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les enfants trop exposés à des publicités pour des produits mauvais pour la santé

Plus de la moitié des publicités alimentaires vues par les enfants portent sur des produits gras, salés ou sucrés. Une problématique de santé publique qui demande un meilleur encadrement de la publicité.

Mieux réglementer la publicité des produits gras, salés et sucrés. C’est la recommandation de Santé Publique France, qui s’inquiète dans une récente étude de l’exposition des enfants à ce type de publicités. En effet, selon l’organisme, plus de la moitié (53,3%) des publicités alimentaires vues par les enfants concernent des produits néfastes pour leur santé, avec un Nutri-Score D ou E.

Et les adolescents et adultes ne sont pas non plus épargnés par le phénomène, puisque la proportion atteint 52,5% et 50,8% pour eux. Autre indication : la moitié des publicités pour ces produits sont vues entre 19h et 22h. Un créneau horaire durant lequel 20% des enfants et adolescents regardent la télévision et où la publicité n’est pas encadrée, contrairement aux horaires consacrés aux programmes jeunesse par exemple.

Appel à la vigilance sur l’effet des écrans sur les enfants et ados
Lire l'article

Mieux réglementer la publicité

« Ces résultats sont en faveur d’une restriction du marketing alimentaire pour les produits de faible qualité nutritionnelle (…) aux heures où le plus grand nombre d’enfants et d’adolescents regardent la télévision », commente Santé publique France. Car il va de soi pour l’organisme que le marketing influence les choix alimentaires des enfants. Par conséquent, ce dernier a un rôle à jouer dans la lutte contre le surpoids et l’obésité infantile.

Pour Santé Publique France, un meilleur encadrement de la publicité est donc nécessaire, mais pas seulement à la télévision. Les enfants et adolescents passant de plus en plus de temps sur Internet, ce canal doit aussi faire l’objet de vigilance.

Selon une étude de 2015, en France, 17% des enfants de 6 à 17 ans sont en surpoids et, parmi eux, 4% sont obèses.