Obésité : les chiffres sont sous-estimés en France

Selon les données dévoilées par Santé publique France, ce sont 16,9% des hommes et 17,2% des femmes qui sont concernés par l’obésité. Soit une proportion bien plus forte que prévue.

obesite

Grande désillusion pour les Français, qui se pensaient plus grands et plus légers qu’en réalité. Il ressort d’une étude de Santé publique France, publiée mardi 29 juin, que les chiffres sur l’obésité sont sous-estimés. « Les écarts entre corpulence déclarée et corpulence mesurée dans les études de surveillance en population » sont assez sensibles.

Et la différence d’estimation est de l’ordre de cinq points : les hommes, qui sont 11,6% à se déclarer en surpoids, sont en vérité 16,9% ; même combat pour les femmes, qui sont 12,6% en obésité selon les enquêtes, mais qui en réalité sont 17,2%. Très importants, ces écarts proviennent d’une « sous-estimation de l’indice de masse corporelle » d’environ 0,41 point chez les hommes et de 0,79 point chez les femmes.

Une vision arrangée de la réalité

Selon les indications de l’OMS, cet indice est obtenu en divisant le poids du patient (kg) par le carré de sa taille (m²) et permet de définir des catégories de corpulence. Juste un défaut à cette méthode : les chiffres sont récoltés sur déclaration et non en physique, par des médecins. Assez logiquement, il y a une marge d’erreur conséquente. Une mauvaise nouvelle pour les Français, qui se pensaient vraisemblablement en meilleure forme (plus grands, plus minces).

Naïvement ou sincèrement, les hommes se voient plus grands de 0,37cm et plus légers de 0,75kg. Et les femmes surestiment leur taille de 0,70cm, tandis qu’elles sous-estiment leur poids de 1,4kg en moyenne. Selon ce rapport, les personnes en surpoids ou obèses sont les plus concernées par cette sous-estimation ; alors que les personnes célibataires savent mieux déterminer leur corpulence que les couples.