En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Perles d’eau : sont-elles dangereuses pour les enfants ?

La revue Prescrire rappelle le danger pour la santé de ces billes et les accidents survenus depuis plusieurs mois. Des risques d’étouffement ou encore d’occlusion intestinale ont été pointés.

perles d'eau danger

Connaissez-vous les perles d’eau ? Aussi appelées billes d’eau ou encore bulles, elles sont souvent transparentes et colorées. Ces perles servent à décorer les pots de fleurs et tenir les tiges des plantes qu’on y met. Pourtant, leur ressemblance avec les bonbons, ou encore avec les vraies billes dont se servent les enfants pour jouer (même si parfois les perles d’eau sont aussi vendues comme jouets), peut conduire à plusieurs dangers.

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), la Direction générale de la santé et la DGCCRF (Répression des fraudes) avaient publié fin 2019 un communiqué commun pour alerter contre les dangers de ces billes. Les trois autorités rappelaient qu’un décès a eu lieu et que de sérieux accidents ont concerné des enfants de moins de cinq ans.

Occlusion intestinale et étouffement

Récemment, un article de Prescrire alerte sur les dangers de ces billes et rappelle qu’une « équipe parisienne a colligé six cas d’enfants âgés de moins de 24 mois dont un est mort d’une septicémie postopératoire ». La revue médicale incite donc à la plus grande vigilance sur ces perles composées d’hydrogel, qui captent 40 fois leur volume en eau et peuvent gonfler de manière importante si elles sont ingérées.

Ces billes peuvent donc, en cas d’ingestion, « provoquer une occlusion intestinale » ; mais aussi, en cas d’inhalation, « un risque d’étouffement par obstruction des voies aériennes ». Pour rappel, un retrait de perle d’eau chez un enfant l’ayant avalée se fait par chirurgie. Le diagnostic est possible par échographie ou scanner. En cas d’urgence appelez le 15, le 112 ou le Centre antipoison le plus proche.