En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Un nouvel étiquetage nutritionnel arrive dans les supermarchés en avril

Dévoilé par la ministre de la Santé, Marisol Touraine le 15 mars, un nouvel étiquetage nutritionnel entrera en vigueur dès le mois d’avril pour inciter les Français à consommer moins d’aliments riches en gras, en sel et en sucre.

Supermarché Nutri-Score

Nutri-Score, c’est le nom du dispositif, est composé de 5 vignettes colorées allant du vert à l’orange foncé  en fonction de la qualité du produit. Il est principalement à destination des plats cuisinés et des sodas, et vise à guider les Français dans leurs achats d’alimentation.

Si un dispositif d’étiquetage nutritionnel clair est attendu depuis plusieurs années déjà, la mise en œuvre de Nutri-Score pourrait être compliquée et son efficacité remise en question.

Un dispositif facultatif et controversé

En effet, les industriels de l’agroalimentaire sont particulièrement hostiles à ce nouveau système, stigmatisant selon eux certaines catégories de produits. Pour contre-attaquer, ils ont la possibilité d’apposer leur propre système d’étiquetage (ce que n’exclut pas le dispositif du ministère), comme souhaitent le faire 6 multinationales (Coca-cola, Mars, Mondelez, Nestlé, Pepsi et Unilever).

D’autant plus que le dispositif Nutri-Score n’a rien d’obligatoire, conformément à la réglementation européenne actuelle. « Je le regrette », assure Marisol Touraine, qui compte « sur la pression des consommateurs (…) pour que les industriels s’engagent dans cette voie. Certains joueront le jeu et cela aura un effet boule de neige ». Selon la ministre, « on ne peut pas parler de santé publique et ne pas être transparent. Aujourd’hui, tout le monde parle de prévention, c’est l’avenir de la santé ».

Enfin, c’est l’efficacité même du dispositif qui est pointé du doigt, notamment par l’Agence nationale de sécurité sanitaire et alimentaire (Anses) qui expliquait le 31 janvier dernier que le niveau de preuve était « insuffisant » pour le moment.