Voici 10 additifs à proscrire quand on fait les courses


Selon une étude de Cœur+AVC, 50% de notre alimentation provient de produits ultras transformés. Ceux-ci sont très néfastes pour la santé humaine et contiennent des ingrédients pour améliorer le goût ou la conservation. Voici 10 exemples d’additifs qu’il faut éviter à tout prix.

Les nitrites : E249 à E252

Ils sont partout, dans les rillettes, les jambons, les saucisses et les lardons. Les nitrites sont des additifs utilisés pour conserver plus longtemps la charcuterie et donner ainsi la couleur rosée au produit. Problème ? Ils sont classés comme agents cancérogènes par l’OMS depuis 2006 et de nombreuses études ont prouvé leur dangerosité.

L’ONG Foodwatch, Yuka ou encore un récent rapport parlementaire ont réclamé l’interdiction des nitrites. En attendant que cela arrive, peut-être en 2025, les E249, E250, E251 et E252 prolifèrent dans nos assiettes. Fleury Michon, Hertha ou encore Madrange proposent déjà des jambons « sans nitrites ». Pour encore plus de sûreté, achetez le jambon gris chez votre boucher.

Les parabènes : E214 et E219

Présents dans les pâtes à tarte, les confiseries, les charcuteries ou encore dans les biscuits apéritifs, les parabènes sont des additifs dont on pourrait nettement se passer. Et pour cause, ils sont grandement suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. Souvent associés au cancer du sein, sans que cela soit encore confirmé scientifiquement, ils agissent comme des œstrogènes, hormones sexuelles féminines. La réglementation évolue déjà vers une restriction de leur usage dans les produits alimentaires.

Le thé vert est-il dangereux pour la santé ?
Lire l'article

Le glutamate monosodique : E620 et E625

L’un des pires additifs, à rayer de votre liste de course, porte le joli nom de glutamate monosodique. On peut le trouver sur les étiquettes d’ingrédients en tant que GMS, « arômes » ou « extrait de levure ». Ce rehausseur de goût présente de nombreux risques pour notre santé, notamment ses effets sur le développement du cerveau. En quantités importantes, il attaquerait les neurones.

Responsable de dérégulations hormonales et maladies neurodégénératives, le glutamate est souvent ajouté à l’huile, au sel et au poivre, dans les hamburgers, les boissons gazeuses, les conserves de légumes et surtout dans la cuisine asiatique.

Le sirop de glucose-fructose

Fabriqué à partir d’amidon de maïs ou de blé, le sirop de glucose-fructose est utilisé pour sa saveur sucrée. Il est directement responsable de la prise de poids, l’obésité et l’apparition de diabète. Bonbons, sodas, biscuits fourrés, sirops aromatisés, surimis, yaourts, sauces… On le retrouve presque dans tous les rayons de nos supermarchés, parfois masqué sous le nom d’isoglucose.

course choix aliment danger

Les colorants bleus : E131 et E133

Plusieurs colorants bleus menacent la santé des enfants : glaces, bonbons, chewing-gums, confiseries, boissons sucrées ou encore produits cosmétiques… Le bleu patenté V, le carmin d’indigo et le bleu brillant sont des additifs à l’origine d’hyperactivité, d’allergies, d’asthme, réactions cutanées, et surtout, en grande concentration, du développement de cancers.

Les dangers de la réglisse
Lire l'article

Le colorant rouge : E124

Certains produits ont une drôle de couleur écarlate : attention, danger ! Les pâtisseries sèches ou fraîches, les chorizos, les confiseries ou certains fruits rouges au sirop contiennent le « rouge Ponceau » ou « rouge cochenille », un additif aux effets indésirables. Une étude a prouvé qu’exposés à moins de 10mg du E124, des rats subissaient de réels dommages au niveau de leur ADN.

Le colorant jaune : E104

Interdit aux Etats-Unis et en Australie, le jaune de quinoléine est un colorant suspecté d’être cancérigène. Une étude polonaise a montré que le E104 était génotoxique, c’est-à-dire qu’il va engendrer des mutations dans l’organisme à l’origine de tumeurs ou de cancers. On le retrouve dans les boissons sucrées, les boissons alcoolisées, les confitures ou encore les confiseries.

Manger des pâtes sans danger pour sa santé
Lire l'article

Le colorant blanc : E171

Présent dans les dentifrices et certains médicaments, le dioxyde de titane est utilisé comme colorant blanc dans certains produits alimentaires : pâtisseries, plats cuisinés, bonbons… Une étude de l’INRA a montré que le E171 était à l’origine de lésions précancéreuses chez le rat.

L’acésulfame-K : E950

Comme l’aspartame, l’acésulfame-K est un édulcorant utilisé en remplacement du sucre dans certaines boissons ou confiseries allégées. Deux études menées sur des rats ont démontré des risques accrus de cancer en cas de consommation de cette substance. Dans l’attente de preuves scientifiques plus tangibles, les toxicologues recommandent d’éviter d’en consommer régulièrement, surtout chez les femmes enceintes.

L’aspartame : E951

Edulcorant souvent utilisé pour remplacer le sucre, l’aspartame se trouve régulièrement dans les paquets de biscuits, dans les boissons type sodas ou encore dans les sucreries en tout genre. Son pouvoir sucrant est 150 fois plus élevé que celui du sucre. Prôné comme alternative saine au sucre, l’aspartame fait pourtant l’objet de forts doutes, suscités après une étude européenne sur son impact cancérogène.

Le professeur Jean-François Narbonne, toxicologue et expert auprès de l’Anses, explique : « Il faut éviter l’aspartame. C’est une invention agroalimentaire qui maintient les gens dans des comportements aberrants. Il ne présente aucun intérêt nutritionnel ». En réalité, s’il n’existe pas de consensus scientifique sur la dangerosité du E951, en revanche, il est notable que les diabétiques qui en consomment ont tendance à développer davantage de diabète, se disant qu’elles ne consomment pas de sucre grâce à cela.

Le fromage Casu Marzu est-il interdit ?
Lire l'article
Cet article vous a-t-il été utile ?