En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Boire un verre de vin par jour ne serait pas bon pour la santé

Selon une étude publiée dans la revue médicale The Lancet, boire de l’alcool, peu importe la quantité, ne serait pas bon pour la santé. Il y aurait ainsi 100 000 décès de plus par an pour un seul verre d’alcool par jour.

consommation alcool

« Boire un verre de vin par jour est bon pour la santé ». La revue médicale The Lancet vient de réfuter cette expression bien connue de tous. En effet, selon une de ses études, boire un verre d’alcool par jour comporte un risque pour la santé. Les chercheurs prônent donc la pratique du « zéro-alcool », soit l’arrêt total de sa consommation.

Selon l’étude, l’alcool aurait causé près de 2,8 millions de décès en 2016, soit le 7ème facteur de risque de décès prématuré et d’invalidité dans le monde. Chaque année, un buveur sur 3 décéderait donc de maladies liées à l’alcool. Un phénomène qui touche aussi bien les hommes (6,8%) que les femmes (2,2%) dans des proportions différentes.

Près de 5 verres par jour en moyenne en France

Par exemple, une personne buvant un verre d’alcool tous les jours pendant un an, augmente de 0,5% ses chances de développer un problème de santé. Cela représente 100 000 morts en plus par an dans le monde. Ces chiffres regroupent tous les risques pour la santé liés à l’alcool c’est-à-dire les cancers, maladies cardiovasculaires, AVC, cirrhoses mais aussi les accidents de la route ou les suicides.

En France, la moyenne pour les hommes est de 4,9 verres par jour et pour les femmes 2,9 verres. En Europe, les Roumains, Portugais et Luxembourgeois sont les plus gros consommateurs quotidiens. Tandis que pour les femmes, le phénomène touche davantage les Ukrainiennes, les Andorranes et les Luxembourgeoises.