En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

La télémédecine possible partout en France à partir de septembre 2018 ?

La télémédecine devrait bientôt se généraliser en France. Si des modalités restent à définir, la Haute Autorité de Santé estime que les téléconsultations et télé-expertises pourraient être indemnisées par l’Assurance maladie.

telemedecine

La télémédecine fait du chemin. De plus en plus répandue, elle devrait même prochainement être remboursée par l’Assurance maladie. Saisie par le ministère de la Santé, la Haute Autorité de Santé (HAS) a conclu récemment que tous les actes de téléconsultation et télé-expertises pourraient être pris en charge. Les syndicats de médecins et l’Assurance maladie espèrent une mise en place du dispositif à compter du 15 septembre 2018.

Pour rappel, la télémédecine est une « forme de pratique médicale à distance », « fondée sur l’utilisation de technologies de l’information et de la communication ». D’après la HAS, le développement de la télémédecine entrainera une amélioration de l’accès aux soins, de la qualité de vie des patients et une meilleure prévention des hospitalisations.

25€ la consultation

Concernant les tarifs, une téléconsultation classique auprès d’un médecin généraliste sera facturée 25€ d’après le Figaro, contre 30€ pour un spécialiste. Les médecins bénéficieront également d’un forfait « structure » de 525€ pour s’équiper. L’Assurance maladie et les syndicats sont encore en discussion pour statuer sur les modalités pratiques et montants des prises en charge. Reste également à savoir quelle position adopteront les mutuelles santé sur le remboursement de ces actes médicaux.

En revanche, la téléconsultation ne sera pas possible si la situation du patient demande un examen physique. Quant à la téléexpertise, elle devrait d’abord être réservée aux patients prioritaires, notamment ceux qui vivent dans des zones sous-dotées en médecins ou atteints d’affection longue durée (ALD).