En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

La télémédecine remboursée dès septembre par l’Assurance maladie

Dès le 15 septembre prochain, la télémédecine sera généralisée en France. La prise en charge par l’Assurance maladie sera la même que pour les consultations classiques.

telemedecine

Un grand pas en avant pour la télémédecine. Un accord a été trouvé mercredi entre l’Assurance maladie et plusieurs syndicats de médecins libéraux. Ainsi, à partir du 15 septembre prochain, les médecins pourront proposer des téléconsultations, au même tarif qu’une consultation classique, à savoir 25€ pour un généraliste et 30€ pour un spécialiste.

Avec la télémédecine, les règles du remboursement ne changent pas. Une téléconsultation sera prise en charge à hauteur de 70% par l’Assurance maladie et à 30% par la mutuelle santé. Exactement comme pour les consultations classiques, le tiers payant sera appliqué pour les patients souffrant d’ALD, les bénéficiaires la CMU-C, de l’ACS et pour les femmes enceintes.

Développement de la télé-expertise

Autre nouveauté du dispositif, les médecins pourront demander leur avis à d’autres spécialistes par le biais de télé-expertises, facturées entre 12 et 20€, selon la nature de l’acte. En revanche, le déploiement de la télé-expertise sera étalé entre 2019 et 2020.

Comme le rappelle l’Assurance maladie, le développement de télémédecine poursuit plusieurs objectifs :

  • Simplifier la prise en charge et le suivi des patients ;
  • Améliorer la qualité de vie des patients ;
  • Faciliter l’accès de tous à des soins de qualité.

« Ces pratiques vont s’étendre progressivement à d’autres catégories de professionnels de santé, en commençant par les infirmiers et les pharmaciens », ajoute l’organisme dans son communiqué.