En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : coup d’envoi pour la télémédecine le 15 septembre

Les téléconsultations médicales deviennent possibles partout en France à partir du 15 septembre prochain. La prise en charge par les organismes de santé demeure la même que pour les consultations classiques.

lancement telemedecine

A partir de samedi prochain, il sera possible de consulter un médecin depuis chez soi, via un ordinateur ou une tablette équipée d’une caméra. En effet, comme l’a annoncé la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) dans un communiqué, « à partir du 15 septembre 2018, la téléconsultation devient accessible sur l’ensemble du territoire ».

Pour en bénéficier, les patients devront prendre un rendez-vous en ligne avec le médecin concerné et se connecter via un lien sécurisé que leur aura communiqué le praticien. A la fin de l’intervention, une ordonnance est envoyée par e-mail, de même qu’un second lien pour procéder au paiement.

Astuce Malynx !

Les personnes qui en éprouvent le besoin pourront se faire assister par des professionnels de santé, comme un pharmacien ou un infirmer.

Même tarif qu’une consultation classique

Côté tarifs, la Cnam précise les prix et les remboursements des téléconsultations « sont identiques à ceux des consultations en présentiel ». Il faudra donc compter sur un tarif variant entre 25 et 30€ dans la majorité des cas et une prise en charge à hauteur de 70% par l’Assurance maladie, qui pourra être complétée par un remboursement de la mutuelle santé.

Le développement de la télémédecine s’inscrit dans les projets du gouvernement pour l’amélioration du système de santé et de l’accès aux soins. Prochaine étape : le déploiement de la téléexpertise, qui permet « à un médecin de solliciter l’avis d’un confrère face à une situation médicale donnée ». Celle-ci devrait être proposée aux Français à partir de février 2019.