En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : les Français entre espoirs et inquiétudes sur les innovations

Selon une étude Viavoice pour le groupe Vyv, 63% des Français estiment que les nouveaux outils numériques et technologiques du secteur de la santé seront bénéfiques dans le futur. Cependant, des réserves demeurent sur l’utilisation de leurs données personnelles.

« Pensez-vous que les innovations en matière de santé seront bénéfiques pour vous et vos proches ? ». A cette question, 63% des Français répondent à l’affirmative. Cependant, ce sentiment touche davantage les progrès scientifiques sur des dépistages plus précoces des maladies ou plus largement de meilleurs parcours de soins. Une vision partagée par un sondé sur 2.

Dans un second temps, les progrès attendus sont davantage techniques, pour un peu plus d’un tiers des interrogés (37%). Les Français souhaitent des avancées en matières de prothèses ou encore organes artificiels, favorisés par l’intelligence artificielle et les nanotechnologies. Enfin, la télémédecine bénéficie d’un engouement limité (7% des sondés).

Sécurité et utilisation des données personnelles

En effet, même si les soins à distance sont vus comme nécessaires pour les personnes qui ne peuvent se déplacer, la télémédecine reste une source d’inquiétude. Ce sentiment vient des interrogations liées à la sécurité et à l’utilisation de leurs données personnelles via les applications ou les dossiers médicaux partagés.

Parallèlement, l’étude révèle également que la relation patient-médecin est un élément essentiel du parcours de soins. Le digital est donc vu par 42% des interrogés comme le moyen de « déshumaniser » cette relation, voire même que les diagnostics numériques ne soient pas aussi fiables que ceux du médecin.