En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Quand l’e-santé se met au service de la lutte contre les addictions

L’association Fonds Actions Addictions a remis mardi un rapport sur la place de l’e-santé dans la lutte contre les addictions. L’utilisation d’outils numériques pourrait ainsi aider les personnes atteintes par ce problème de santé à être davantage accompagnées au quotidien.

« Addictions : la révolution de l’e-santé », c’est le nom du rapport remis au gouvernement mardi par l’association Fonds Actions Addictions. Dans ce sens, ces innovations permettraient de mieux accompagner les patients au niveau de la prévention, du dépistage, du diagnostic mais aussi de la prise en charge médicale.

Selon le professeur Michel Reynaud, président de l’association, « il y a un fossé entre les personnes qui souffrent d’addictions et celles qui sont réellement traitées ». Ainsi, 8 personnes sur 10 victimes d’addictions ne sont pas suivies médicalement. Le manque de structure ou la complexité d’en parler à un médecin généraliste en sont les principales causes.

Applications mobiles et sites internet avec forums

L’objectif de ce rapport est donc de mettre en avant cette solution afin de « faciliter le contact avec quelqu’un qui vous aide à y voir clair », précise le professeur. La lutte de ces addictions est en effet un sujet majeur puisque l’on compte en France 13 millions de fumeurs de tabac quotidiens, 700 000 de cannabis, un million d’alcooldépendants et 3 millions de « buveurs problématiques ».

Les auteurs du rapport veulent donc favoriser le développement de plateformes communautaires, de sites internet avec forums mais aussi d’applications mobiles. Michel Reynaud précise enfin qu’il « ne s’agit pas de remplacer les médecins par des robots mais d’aider les patients à trouver des gens empathiques à travers la e-santé, des soignants qui pourront leur apporter les réponses nécessaires ».