En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Et si l’e-santé faisait économiser 35 millions d’euros aux Français ?

Selon une étude France Stratégie, une projection des bénéfices du numérique dans le domaine de la santé établit un gain de 35 millions d’euros pour les patients français. Un chiffre obtenu avec un meilleur accès aux soins et des délais plus rapides pour obtenir un rendez-vous.

recherche inter medecin

Et si les innovations permettaient de faire des économies ? La réponse serait positive selon une étude France Stratégie sur les bénéfices de l’e-santé. Dans ce sens, grâce à l’accès au numérique, les économies potentielles seraient de l’ordre de 35 millions d’euros pour les patients et 70 millions pour l’Assurance maladie.

Ces chiffres sont atteints en supposant que « l’accès au numérique permet d’éviter une consultation par an chez un généraliste », précise l’étude. En effet, près de 30% des personnes ayant accès à internet vont en moyenne une fois de moins par an chez le médecin, ce qui permettrait de réduire les consultations « inutiles » d’environ 4,2 millions de personnes.

Réduire les délais d’obtention d’un rendez-vous

D’autre part, France Stratégie suppose que le numérique « peut améliorer l’accès aux soins ainsi que leur qualité et leur efficacité ». Plus de 7 Français sur 10 effectuent des recherches en ligne avant une consultation médicale. Cependant, des efforts sont encore à effectuer pour labelliser les sites d’informations, une mission de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes).

Enfin, France Stratégie met en avant un futur rôle primordial accordé aux plateformes Doctolib et Mondocteur afin de réduire les délais et les coûts d’obtention des rendez-vous médicaux. D’un côté, ces outils permettraient d’assurer la transparence des tarifs et d’éviter le renoncement aux soins. D’un autre côté, ils aideraient à combler les désistements afin de réduire les pertes financières pour les professionnels.