En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Téléconsultation : bilan mitigé un an après le lancement

Le remboursement de la téléconsultation souffle sa première bougie. L’Assurance maladie dresse un premier bilan de ce dispositif de santé, dont ont bénéficié 60 000 patients depuis septembre 2018.

teleconsultation

Le 15 septembre 2018, l’Assurance maladie lançait le remboursement de la téléconsultation. Un an plus tard, l’heure est au bilan. Ainsi, l’organisme estime à 60 000 le nombre de téléconsultations facturées depuis la mise en place du dispositif. Les facturations se sont d’ailleurs accélérées au fil de l’année, avec :

  • 1 000 téléconsultations en décembre 2018 ;
  • 7 000 en mai 2019 ;
  • Plus de 10 000 par mois durant l’été.

Sur la période de la rentrée 2019, l’Assurance maladie estime que « le nombre de téléconsultations se situe autour de 3 300 par semaine ». Les médecins généralistes demeurent les plus demandés dans le cadre d’une téléconsultation, largement devant les spécialistes (65% vs 35%). Chez les spécialistes, 1 téléconsultation sur 7 est facturée par un psychiatre et 1 sur 12 par un gynécologue.

La téléconsultation séduit davantage les jeunes

Du côté des patients, ce sont les jeunes qui sont les plus représentés. L’Assurance maladie note qu’un tiers des personnes concernées ont moins de 30 ans et que 56% ont moins de 40 ans. A contrario, seules 12% des téléconsultations concernent des patients de 70 ans et plus. Le recours est par ailleurs inégalement réparti sur le territoire : l’Ile-de-France et l’Occitanie concentrent à elles seules 38% et 16% des téléconsultations.

Nicolas Revel, directeur général de l’Union nationale des caisses d’assurance maladie, s’est montré confiant quant à la progression du dispositif : « nous savions qu’un temps serait nécessaire à l’appropriation de ce mode d’intervention novateur. […] La montée en charge est nette et va aller en s’accélérant ». Le taux d’équipement devrait notamment augmenter, de même que la connaissance et l’acceptation du dispositif par les patients.