Le sport remboursé par la Sécurité sociale ?

Aujourd’hui, de nombreuses maladies comme l’obésité ou l’hypertension sont liées à la sédentarité. Et ces maladies peuvent coûter cher à la sécurité sociale en frais de soin. Dans ce cas, pourquoi ne pas appliquer ce qu’avait proposé l’Académie de médecine fin octobre 2012, à savoirla prescription par les médecins de séances de sport remboursées par la Sécu pour traiter certaines maladies?

Cette mesure permettrait de réduire la consommation de médicaments et aurait un rôle préventif de premier ordre.

Pourquoi prescrire du sport?

D’après une publication disponible sur MangerBouger.fr, les maladies liées à la sédentarité coûteraient entre 150 et 300 euros par an et par habitant. L’idée serait donc d’économiser sur ces dépenses élevées en remboursant plutôt des séances de sport.

Le sport permet de prévenir de nombreuses maladies. Une activité physique régulière est bénéfique car elle réduit les risques d’obésité, d’accidents cardiovasculaires, de certains cancers (du sein et du côlon, par exemple), de diabète… Bref, faire du sport est très bon pour lutter préventivement contre de nombreuses maladies. Or si l’on réduit le développement de ces pathologies, on réduit logiquement les dépenses qui y sont liées. De plus, on diminuerait le recours aux médicaments.

Le problème est que de nombreuses personnes n’ont pas ou peu d’activité physique. Selon l’étude «La gestion du poids et l’activité physique» (1) réalisée par OpinionWay pour Le Figaro-Weber Shandwick rendue public le 10 juin, 12% des sondés seulement font au moins deux heures de sport par semaine. Manque de temps, de motivation, cadre de vie peu approprié à une activité sportive sont autant de raisons pour lesquelles certains ont un mode de vie sédentaire. C’est pourquoi il serait pertinent de prescrire cette activité physique aux personnes à risque car on les pousserait à bouger davantage.

La prescription de sport déjà en cours à Strasbourg

L’idée, si elle n’est pas encore appliquée au niveau national, a cependant fait son chemin. À Strasbourg par exemple, la municipalité a décidé de proposer un programme de prescription de sport sur ordonnance.

Une cinquantaine de médecins ont accepté de participer à l’opération, qui a commencé en novembre 2012 et durera un an. Au lieu de médicaments, ceux-ci pourront prescrire une activité physique (vélo, gymnastique, marche…) aux personnes ayant une maladie liée à la sédentarité auprès d’un éducateur sportif de la ville. Les séances leur seront remboursées par la ville et ses partenaires (notamment la caisse du Régime local d’Assurance-maladie et l’Agence régionale de santé).

L’objectif est de voir dans quelle mesure il est possible de faire des économies sur les dépenses de santé en prescrivant du sport au lieu de médicaments. On estime pour l’instant que l’opération coûtera environ 129000 euros.

Le remboursement de l’activité physique dans les pays étrangers

Cette initiative n’a pourtant rien de révolutionnaire au niveau européen. Comme dans beaucoup de domaines, la France accuse un retard par rapport aux pays voisins. Ainsi, le fait de réduire les dépenses de santé en encourageant le sport à titre préventif a déjà été mis en place dans d’autres pays.

Comme l’indique le blog RueDuBienÊtre.com, on trouve en Belgique des mutuelles santé qui prennent en charge une partie de l’inscription dans un centre de sport. De même, au Royaume-Uni, le ministère de la Santé envisage de créer des «chèques gym/piscine» pour encourager les Britanniques à se mettre au sport.

Enfin, aux États-Unis, plusieurs médecins déclarent que les assurances devraient commencer à prendre en charge les séances de sport.

(1) Étude Omnibus réalisée les 29 et 30 mai 2013 en France métropolitaine sur un échantillon national représentatif (France métropolitaine) de 1 008 individus de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de région de résidence et catégorie d’agglomération, selon les données INSEE du recensement actualisé.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres