Premiers secours : connaissez-vous les gestes de base ?

Tout individu peut un jour être confronté à une situation d’urgence: un malaise cardiaque en pleine rue, un enfant qui s’étouffe, un accident… Loin d’être tous formés aux premiers secours, nous sommes cependant capables d’intervenir à notre mesure pour porter assistance. La Croix Rouge recense un certain nombre de gestes simples et une procédure en quatre étapes pour chaque urgence.

Votre comparateur de mutuelles LeLynx.fr vous dévoile la nature de ces précieux conseils qui peuvent sauver des vies.

Porter secours en quatre étapes

Lorsque l’on est témoin d’un accident, d’un malaise, d’une chute ou de tout autre problème mettant des personnes en danger, il y a, selon La Croix Rouge, quatre étapes à respecter. Elles permettent d’appréhender correctement la situation, quelles qu’en soient les circonstances.

  • Sécuriser le lieu de l’accident et les personnes impliquées: il s’agit d’évaluer les risques (circulation, incendie…), d’assurer la sécurité des victimes dans la mesure du possible sans se mettre soi-même en danger et d’établir un périmètre de sécurité.
  • Apprécier l’état de la victime: il est important de communiquer avec elle en se présentant, en expliquant ses intentions et en la rassurant, l’évaluation de son état de conscience étant primordiale pour la suite de sa prise en charge.
  • Demander de l’aide: quel que soit le service d’urgence contacté (pompiers, Samu, police…), il faut leur fournir un maximum d’informations (numéro d’appel, nom, localisation, nature du problème, circonstances, état de la victime, premières mesures prises…).
  • Effectuer les gestes de premiers secours.

Les gestes de base

En cas d’étouffement, au cours d’un repas par exemple, La Croix Rouge conseille deux techniques, qui ne concernent que les adultes et enfants de plus d’un an:

  • les claques dans le dos en soutenant la poitrine de la victime, à ne pas répéter plus de cinq fois,
  • les compressions abdominales, qui consistent à entourer de ses bras la victime au niveau de l’abdomen et enfoncer son poing entre le nombril et le sternum, cinq fois maximum.

En cas de saignement, il faut exercer une pression sur la plaie avec les mains (en demandant à la victime de le faire elle-même ou en se protégeant les mains) puis allonger la personne en maintenant la pression. Si l’on doit se libérer, pour donner l’alerte par exemple, La Croix Rouge explique comment appliquer un tampon relais.

Si la victime est inconsciente, il faut libérer ses voies aériennes en basculant sa tête en arrière et en soulevant son menton pour décoller la langue du fond de la gorge. Il est important de desserrer le col, la cravate, ainsi que la ceinture de la personne. Ensuite, La Croix Rouge conseille de vérifier que la victime respire et de la placer en position latérale de sécurité, décrite ici.

Si la victime est inconsciente et ne respire pas normalement, elle est en arrêt cardiaque. Une fois les secours appelés, il peut être salvateur d’alterner des compressions thoraciques et du bouche-à-bouche (30 compressions puis 2 insufflations) jusqu’à ce qu’ils arrivent. La technique de ces deux gestes est expliquée sur le site de La Croix Rouge. Par ailleurs, certains lieux sont désormais équipés de défibrillateurs automatisés externes (trains, lieux publics…), auquel cas il suffit de dénuder la poitrine de la victime, d’éloigner tout le monde afin que personne ne soit en contact avec elle et de suivre les indications de l’appareil.

En cas de malaise cardiaque, la victime se plaint d’une douleur serrant sa poitrine et d’éventuelles difficultés à respirer, douleurs abdominales, nausées… Une fois les secours prévenus, La Croix Rouge conseille de mettre la personne dans une position confortable et de vérifier régulièrement qu’elle est consciente et qu’elle respire.

Source: La Croix Rouge

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres