Les petites piqûres de l’été

Bord de mer, campagne, montagne: quelle que soit votre destination de l’été, vous n‘êtes pas à l’abri de vous faire piquer par une espèce locale. Comment prévenir les attaques de moustiques? Que ne faut-il surtout pas faire face à une guêpe? Comment se débarrasser des épines d’un oursin?

Votre comparateur de mutuelles santé LeLynx.fr vous offre un tour d’horizon du règne animal piquant.

Les insectes sont nos amis

  • Les moustiques:

Ils ont le bon goût de se réveiller au soleil couchant et apprécient tout particulièrement l’heure du diner sur la terrasse… ne lésinez pas sur les bougies à la citronnelle et le spray anti-moustiques! Quand le mal est fait, appliquez de la crème apaisante pour calmer les démangeaisons. Et rallumez une bougie.

  • Les guêpes et abeilles:

Si les guêpes sont attirées par tout ce qui constitue un bon pique-nique, les abeilles, elles, sont accros aux odeurs sucrées et fleuries du petit déjeuner. Les deux espèces ne piquent que lorsqu’elles se sentent agressées, inutile donc de partir en courant à chaque fois que Maya s’invite à table. En revanche, un geste un peu brusque de la main pour la chasser et c’est le drame. Pas de panique, le dard s’en va tout seul et, pour calmer la douleur, il suffit d’approcher la piqûre d’une source de chaleur. Au moindre signe de réaction allergique ou si l’insecte fourbe s’est attaqué à la bouche, on file aux urgences.

  • Les taons:

Leurs vacances, ils les passent au bord des étangs et piscines ou à dos de chevaux et de vaches. Ces suceurs de sang n’ont d’autre motif que la faim pour venir s’abreuver sur vous. Le venin peut être éliminé à l’approche d’une source de chaleur et la douleur, certes vive sur le coup, disparaît très rapidement.

  • Les tiques et aoûtats:

Ces bêtes-là ne piquent pas, elles mordent. Leurs lieux de villégiature sont les arbustes, buissons et herbes hautes: mieux vaut donc se couvrir le bas des jambes lorsqu’on part se balader en forêt. Le grand défaut de ces insectes, c’est qu’ils ne se contentent pas d’une morsure, ils s’incrustent. Les aoûtats sont invisibles à l’œil nu et un nettoyage à l’eau chaude et au savon de Marseille est un premier remède efficace pour les chasser. Une crème à base de cortisone peut ensuite être nécessaire, direction la pharmacie pour avis. Quant aux tiques, elles se retirent avec une pince spéciale et du désinfectant. La plaie est ensuite à surveiller, car les tiques peuvent être vectrices de maladies provoquant fièvre et courbatures.

Les retours de plage sont parfois difficiles

  • Les méduses:

Les reines de la plage en été! Difficile de les éviter, mais lorsque l’on en voit une, elle en cache généralement d’autres, méfiance donc. Le mauvais réflexe en cas de piqûre, c’est de rincer la plaie à l’eau douce: rincer plutôt à l’eau de mer, laissez sécher et frottez avec du sable. Et l’efficacité de l’urine n’est (malheureusement) pas une légende! Plus simple à réaliser et moins ragoûtant: s’en remettre au secouriste de la plage qui appliquera un peu d’ammoniac (que l’on trouve aussi dans l’urine) pour atténuer la douleur.

  • Les oursins:

Squatteurs des rochers et des digues, ces boules d’épines ne pardonnent rien: pas le temps de comprendre que vous êtes entré en contact avec l’un d’entre eux que déjà une douleur vous transperce le pied. Or leurs épines sont friables, il faut donc s’armer de patience et d’une pince à épiler pour les retirer. Cependant un médecin local saura mieux s’y prendre avec le matériel adéquat.

  • Les vives:

Ces petits poissons s’enfouissent dans le sable en bord de plage, prêts à se faire piétiner par les baigneurs. Les zones à risques sont généralement signalées, les chaussures sont alors «vivement» conseillées. En cas de contact, les aiguillons dorsaux de la vive se hérissent et diffusent un venin fort désagréable. Douleur garantie. Comme pour les autres venins évoqués plus hauts, l’approche d’une source de chaleur est apaisante. Mais en cas de piqûre de vive, il est nécessaire de se rendre au poste de secours.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres