Mutuelles communales : le retour des villes solidaires

Les villes se mettent aux mutuelles communales

Avec plus de 3 millions de Français sans complémentaire santé, la question de l’accès aux soins est aujourd’hui une priorité pour les collectivités. Depuis peu, une poignée de communes a ainsi pris l’initiative de mettre en place une mutuelle collective pour tous. Focus sur une tendance solidaire qui gagne du terrain.

Et si la mutuelle de demain était celle d’hier ? En proposant à leurs habitants des contrats de complémentaire santé collectifs, certaines municipalités retournent aux origines citoyennes et solidaires de l’esprit mutualiste. Le principe est simple : les besoins de chacun sont réunis en un seul contrat afin de faire baisser les prix, tout en conservant un haut niveau de garanties. Cet effet de masse est la clé pour obtenir des contrats préférentiels, adaptés à la dimension collective du projet. Chacun paye, d’une certaine manière, pour les autres, dans un esprit d’entraide.

Des offres à la carte

Qu’elles se tournent vers des mutuelles régionales ou fassent appel à une association pour les aider dans leur démarche, les communes s’accordent sur un même objectif : répondre aux besoins de leurs administrés. Beaucoup de contrats réunissent des formules modulables :

  • « Economique », pour les étudiants et les jeunes adultes ;
  • « Confort », adaptée aux demandes spécifiques des seniors.

D’autres collectivités, en revanche, font le choix d’un tarif unique pour plus de simplicité. Pour y souscrire, une seule condition : résider dans la commune en question. Pas de limite d’âge, ni de revenu, ces complémentaires collectives sont ouvertes à tous et permettent, en particulier aux habitants les plus démunis, d’avoir accès à des soins onéreux.

Tous égaux face à la santé

La démarche met en lumière une profonde question sociale. Alors qu’en France, l’adhésion à une mutuelle santé est souvent conditionnée par l’emploi, beaucoup se retrouvent démunis à l’âge de la retraite ou à la suite d’une perte d’emploi.

Il est vrai qu’une complémentaire souscrite individuellement peut atteindre des tarifs vertigineux, et rebutent alors certains qui refusent tout simplement de contracter une couverture complémentaire. En instaurant une mutuelle collective, ces communes espèrent ainsi favoriser l’accès aux soins et, dans un même élan, redonner du pouvoir d’achat en allégeant le budget santé des personnes en difficulté.

5 % des Français vivent à ce jour sans complémentaire santé.

Une alternative en expansion

Le projet a déjà séduit plusieurs communes à travers toute la France, à l’instar de Caumont-sur-Durance. La petite bourgade située dans le Vaucluse est la première à avoir sauté le pas à l’automne dernier. Après avoir passée au crible des dizaines de contrats de mutuelles santés, la Mairie propose une complémentaire communale au prix unique de 47 € par mois en association avec la Mutuelle générale d’Avignon. Au total, 265 foyers se sont portés volontaires pour embarquer dans une expérience unique.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

    Depuis que je suis à la retraite ( 5ans), j’ai du abandonner ma mutuelle de groupe et choisir dans la jungle des prestataires… Difficile car très touffu souvent. Même si on trouve un milieu de gamme qui nous convient, on n’est pas à l’abri de déconvenues… Ma première mutuelle (****) m’envoya vers novembre un nouvel échéancier avec près de 20% d’augmentation. J’ai résilié par L/R avec A/R. Non monsieur vous n’êtes pas dans les délais fixés par nos conditions… Bref je reste un an et me libère en suivant leurs conditions. Je m’abonne de nouveau, et là pareil, augmentation vertigineuse la 2eme année. Je résilie toujours par L/R et force le « barrage » en argumentant au téléphone que je n’ai pas reçu les nouveaux tarifs en temps utiles pour respecter leurs conventions. Ils me consentent une augmentation « minimale de 5% ». Enervé, j’accepte…. et résilie à échéance ne voulant pas retomber dans le système. La 3eme, l’an passé, même chose, avec en plus « nous sommes hors de la loi Pinel » donc les résiliations se font selon nos con ditions et nos augmentations sont encadrées par la loi : de 72 euros à 91 euros ou est la loi ?
    Ils acceptent ma résiliation car L/R avec A/R et menace de transmission de mon dossier au Médiateur de la République. Tous les retours que j’ai eu de leur part se sont faits par mails, grossièrement secs, sans commentaire, comme s’ils étaient en faute. Pour me punir, ils n’ont pas clôturé mon dossier Sécurité Sociale, en supprimant le lien NOEMIE, qui fait apparaitre deux complémentaires et empêche la télétransmission automatiques des soins à mon nouvel organisme.
    Fort de ces déboires, pensez-vous que je vais continuer longtemps ainsi ? Trembler en décembre à savoir mon nouvel échéancier, être dépendant des lubies de quelques personnes investies des pouvoirs pour avant tout, protéger leur gagne pain sur le dos de leurs clients ?
    Voilà où j’en suis, je reste ouvert à des propositions, organismes municipaux, ou autres affichant clairement leur tarification pour les séniors qui ne roulent pas sur l’or et ne veulent pas se faire rouler… Merci

    Répondre

    Bonjour @André BRIZON,
    Comparer les assurances en ligne peut vous permettre d’économiser sur vos primes d’assurances en visualisant directement les tarifs proposés par nos partenaires. N’hésitez donc pas à demander des devis sur notre site internet http://www.lelynx.fr !

    Répondre

    Bonjour,

    Votre article est intéressant et j’ai d’ailleurs souscrit depuis le 1er janvier avec mon mari, retraité depuis cette date à *******. Moi-même en activité pour trois ans, j’ai refusé l’option de l’entreprise car je trouve que la façon dont elle est mise en place est une arnaque !…

    Une partie est payée par l’entreprise mais le salarié doit déclaré dans ses revenus le bénéfice reçu !… Ce n’est pas un avantage.

    Répondre

    Bonjour,
    Retraité depuis le 1er septembre dernier, j’ai cotisé depuis, puis-je résilier malgrés tout avant l’échéance?
    D’avance merci

    Répondre

    Bonjour @Jean-Pierre Cane,
    Un changement de situation doit être signalé dans les 3 mois : vous pouvez toujours envoyer votre lettre à votre assureur. S’il estime que ce changement de situation fait évoluer votre profil et que cela augmente votre prime, vous serez alors libre de changer d’assurance.

    Répondre

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres