Médicaments à grand conditionnement : quels avantages ?

Certaines pathologies imposent des traitements médicamenteux de longue durée et généralement onéreux. En effet, même si l’Assurance maladie rembourse tout ou partie de ces frais de pharmacie, une franchise reste toujours à charge du patient. Depuis 2004, le code de la santé publique autorise la vente de boîtes de trois mois pour les médicaments traitant certaines maladies chroniques.

Pourquoi, avec ces médicaments à grands conditionnements, tout le monde est gagnant?

Pour le patient: des économies d’argent, mais aussi d’énergie!

Lorsque l’on est atteint d’une pathologie longue durée, s’ajoute au poids de la maladie en soi celui du traitement à suivre. La prise des médicaments n’est pas la seule contrainte, il faut aussi se les procurer régulièrement. Le premier avantage du grand conditionnement est qu’il limite les allers-retours à la pharmacie. Faire le plein une fois par trimestre est autrement moins fatigant!

Au-delà de ces considérations pratiques, l’économie réalisée grâce aux boîtes de trois mois n’est pas négligeable: à 50 centimes de franchise par boîte, autant en limiter le nombre! Seul bémol : quatre pathologies seulement sont concernées par ces conditionnements trimestriels. Il s’agit du diabète, de l’ostéoporose, de l’hypertension et de l’hypercholestérolémie. L’UFC Que Choisir met à disposition sur son site la liste complète de ces médicaments.

De moindres frais pour l’Assurance maladie

Acheter des médicaments à grand conditionnement c’est aussi contribuer à amoindrir le trou de la Sécu. Le calcul est simple: le prix d’une boîte de trois mois est en moyenne inférieur de 13% au prix de trois boîtes d’un mois. Cela signifie que l’Assurance maladie aura une plus petite somme à rembourser avec un grand conditionnement.

Selon la Sécu, l’économie réalisée pourrait être de «près de 400 millions d’euros par an si la dispensation de boîtes trimestrielles atteignaient 60 % des traitements des patients stabilisés», ce qui est loin d’être le cas actuellement. En effet, toutes les pharmacies ne disposent pas de boîtes de trois mois et n’ont à fournir que des boîtes d’un mois aux patients. De plus, l’UFC Que Choisir estime que «les médecins continuent à préférer, sous la pression de l’industrie pharmaceutique, les produits récents et coûteux, pourtant rarement meilleurs».

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres