Hypertension artérielle, ce qu’il faut savoir

Touchant plus de 14 millions de personnes en France, l’hypertension artérielle, l’un des problèmes majeurs de santé publique dans les pays occidentaux, est la plus fréquente des maladies cardiovasculaires, selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

L’OMS classe cette pathologie en 2e position, après le tabagisme et avant l’alcoolisme, sur la liste des facteurs diminuant le nombre d’années de vie en bonne santé, précise l’Institut.

Qu’appelle-t-on hypertension artérielle?

Pour comprendre ce qu’est l’hypertension artérielle, il convient de revenir sur la mesure même de la pression artérielle. Lors d’une consultation chez votre médecin, il est fréquent que celui-ci relève votre pression à l’aide d’un tensiomètre.

Même si la pression artérielle est normalement exprimée en millimètre de mercure, c’est un résultat en centimètre de mercure que vous donne le médecin et ainsi, une pression de 144-82 mmHg équivaut dans le langage courant à une pression de «14-8».

Extrêmement variable, la pression artérielle peut rapidement augmenter à la suite d’un effort, d’une activité physique ou intellectuelle, d’un sport, d’un rapport sexuel ou encore d’une émotion forte et fortement baisser durant le sommeil.

Or, ces changements ponctuels de pression artérielle la rendant d’une minute à l’autre très élevée ou a contrario, très basse ne permettent pas de parler d’hypertension artérielle (HTA). Pour parler d’HTA, il faut que l’élévation de la pression soit permanente.

C’est ainsi que l’OMS a classé l’hypertension en 3 grades:

  • Hypertension artérielle légère: 140-159 mmHg de pression artérielle systolique (correspond à «la pression du sang au moment où le cœur se contracte (systole) et propulse le sang dans les artères et vers les poumons à partir de l’aorte et de l’artère pulmonaire») et 90-99 mmHg de pression artérielle diastolique (correspond à «la pression du sang au moment où les cavités ventriculaires se dilatent (diastole) pour recevoir le sang arrivant dans les oreillettes par les veines caves et les veines pulmonaires.»
  • Hypertension artérielle modérée: 160-179 mmHg de pression artérielle systolique et 100-109 mmHg de pression artérielle diastolique.
  • Hypertension artérielle sévère: plus de 180 mmHg de pression artérielle systolique et plus de 110 mmHg de pression artérielle diastolique.

L’hypertension artérielle retirée de la liste des ALD exonérantes

Alors que l’hypertension artérielle sévère figurait jusqu’en juin 2011 sur la liste des 30 ALD exonérantes, c’est-à-dire des pathologies pour lesquelles l’assurance maladie propose une prise en charge à 100% des frais, le décret n° 2011-726 du 24 juin 2011 publié au JO du 26 juin 2011 l’a retirée de cette liste.

Cette suppression de l’hypertension artérielle de la liste des ALD 30 s’est fondée sur les avis, nous dit le site de l’assurance maladie, de la Haute Autorité de Santé (HAS) selon laquelle «l’hypertension artérielle isolée constitue un facteur de risque et non une pathologie avérée».

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

    Pouvez vous m’indiquer une assurance complémentaire pour la perte de salaire , donc le coût est intéressant, à souscrire alors que je suis arrêté depuis 4 mois.je vous remercie d avance de votre réponse. Bruno Pacaud

    Répondre

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres