Diabète et mutuelle : ce qu’il faut savoir

  • Plus de 300 devis mutuelle santé gratuits
  • Des remboursements adaptés à vos besoins
Vous êtes :
Devis en 2 minutes

On regroupe sous le terme générique de diabète, les maladies caractérisées par une production d’insuline très faible. Concrètement, une personne atteinte du diabète présente un taux de glucose (sucre) dans le sang anormalement élevé, on parle alors d’hyperglycémie.

Une personne en bonne santé présente une glycémie (taux de sucre dans le sang) qui oscille en permanence entre 0,50 et 1,50 g par litre de sang.

Selon l’OMS :

« Le diabète est défini par une glycémie supérieure à 1,26 g/l  (7 mmol/l) après un jeûne de 8 heures et vérifiée à deux reprises. Il est aussi défini par la présence de symptômes de diabète (polyurie, polydipsie, amaigrissement) associée à une  glycémie (sur plasma veineux) supérieure ou égale à 2 g/l  (11.1 mmol/L ) ainsi que par une glycémie supérieure ou égale  à 2 g/l (11,1 mmol/l) 2 heures après une charge orale de 75 g de glucose. »

On distingue 2 types de diabète, le diabète de type I et le diabète de type II.

Diabète de type I et diabète de type II

  • Le diabète de type I : également appelé diabète insulinodépendant (DID), le diabète de type I est rare, il touche à peu près 10% des patients et notamment des jeunes. La cause du développement du diabète de type I est une destruction des cellules beta du pancréas qui sécrètent l’insuline.
  • Le diabète de type II : également appelé diabète non insulinodépendant (DNID), le diabète de type II représente 90% des cas de diabète et touche tout à la fois les patients de plus de 50 ans et les enfants. La cause du développement du diabète de type II serait liée à des facteurs alimentaires et comportementaux, tels que la surcharge pondérale ou encore la sédentarité.

Le traitement du diabète

Vous l’aurez compris, le traitement du diabète dépend beaucoup du type de diabète développé. Alors que le traitement du diabète de type I repose uniquement sur des injections quotidiennes d’insuline, le traitement du diabète de type II passe aussi bien par l’administration de médicaments que par  l’observation de règles alimentaires et hygiéniques.

En tout état de cause, le diabète doit être diagnostiqué et pris en charge précocement pour limiter les risques de complications, et notamment de maladies cardio-vasculaires qui l’accompagnent généralement.

Premier traitement du diabète de type 2 : les mesures hygiéno-diététiques

Le bon équilibre alimentaire et l’activité physique régulière sont nécessaires dans le traitement du diabète type 2. Ce seul traitement peut d’ailleurs suffire dans les premiers temps.

Ainsi, il faut :

  • Faire du sport et adopter une activité physique régulière : marche, natation, vélo ;
  • Contrôler son poids ;
  • Surveiller son alimentation ;
  • Traiter l’hypertension artérielle ;
  • Arrêter le tabac ;
  • Diminuer l’alcool ;
  • Prévenir les infections urinaires, les infections de la peau ;
  • Surveiller l’état de ses pieds ;
  • Traiter l’hyperlipidémie (augmentation du cholestérol dans le sang) si elle n’a pas été corrigée par la perte de poids.

Dans le cadre du changement des habitudes alimentaires pour le traitement du diabète, il est nécessaire d’être suivi par un diététicien ou un nutritionniste.

Deuxième traitement du diabète de type 2 : les médicaments

Si l’adoption des mesures hygiéno-diététiques n’a pas suffi, il est nécessaire d’envisager le traitement médicamenteux du diabète, tout en maintenant l’équilibre alimentaire et l’activité sportive.

Les médicaments dans le traitement du diabète 2 sont les antidiabétiques oraux (ADO) et l’insuline.

Les ADO sont eux-mêmes composés de 5 classes de médicaments :

  • Les biguanides : qui agissent notamment contre la résistance à l’insuline en diminuant la production hépatique du glucose ;
  • Les sulfamides hypoglycémiants : qui stimulent la sécrétion d’insuline (insulino-sécréteurs) ;
  • Les glinides : qui sont également insulino-sécréteurs ;
  • Les inhibiteurs des alpha-glucosidases : qui ralentissent la digestion des sucres (glucides complexes) ;
  • Les thiazolidinediones (ou glitazones) : qui améliorent la sensibilité à l’insuline en réduisant la résistance à l’insuline et améliorent la fonction béta cellulaire du pancréas.

Le remboursement du traitement du diabète

Considérée par l’assurance maladie comme une Affection Longue Durée (ALD) et figurant à ce titre sur la liste des Ald 30, le diabète, quel que soit son type (1 ou 2), est pris en charge à 100% par la sécurité sociale.

La seule condition de prise en charge à 100% par la sécurité sociale du diabète est qu’il faut que le traitement se fasse par un médicament au-moins, ce qui signifie que les diabètes traités uniquement par le régime alimentaire ne figurent pas sur la liste des ALD.

Les actes remboursés par la sécu dans le traitement du diabète

Sont donc remboursés à 100%, les actes suivants :

  • Les consultations chez les généralistes et les spécialistes, à l’exclusion du forfait de 1 euro non remboursé ;
  • Les injections d’insuline à domicile et le contrôle de la glycémie capillaire, ainsi que des soins de plaie cutanée liée au diabète (notamment plaie du pied diabétique) ;
  • Les insulines, sur ordonnance spéciale et les matériels d’injection d’insuline ;
  • Les antidiabétiques oraux (ADO) ;
  • Le traitement des facteurs de risque cardiovasculaires ;
  • Les hospitalisations.

La sécurité sociale ne rembourse pas :

Le remboursement des semelles orthopédiques est très limité tandis que celui des chaussures orthopédiques est à 100% après entente préalable. La souscription d’une mutuelle santé permet une prise en charge bien meilleure des soins santé liés au traitement du diabète. En effet, il peut être prévu dans votre contrat un complément conséquent au remboursement de la sécurité sociale.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres