Le cancer du poumon

Cancer du poumon

Chaque année en France, plus de 25 000 nouveaux cas de cancer du poumon sont dépistés. Problème majeur de santé publique, le cancer des bronches est la cause de 27000 décès en France chaque année.

Cancer le plus fréquent et le plus meurtrier, le cancer du poumon se développe de plus en plus chez les femmes. Le cancer des poumons est la 3e cause de mortalité par cancer chez la femme, après le cancer du sein et le cancer colorectal.

Le tabac : principale cause du cancer du poumon

  • Tabagisme : le tabac reste la cause principale du cancer du poumon. Plus de 9 cancers du poumon sur 10 sont directement imputables au tabagisme. Ce risque est accru pour les gros fumeurs (2 paquets par jour) qui ont commencé à fumer tôt.

Toutefois, on observe que la durée du tabagisme augmente davantage le risque de développer un cancer du poumon. En effet :

« fumer deux fois plus multiplie par deux le risque de cancer du poumon, alors que fumer deux fois plus longtemps multiplie par vingt ce risque. »

  • Tabagisme passif : les fumeurs passifs, exposés involontairement à la fumée du tabac, ont 30% de risques d’être atteints d’un cancer du poumon.

Les autres facteurs de risque

On le sait, le facteur principal de risque de développer un cancer du poumon reste le tabagisme. L’arrêt total du tabac est donc la première mesure à prendre pour limiter les risques. Ces risques demeurent cependant mais diminuent de moitié 5 ans après l’arrêt du tabac.

Il faut compter 10 à 15 ans après l’arrêt du tabac pour que le risque de contracter un cancer du poumon soit équivalent à celui d’une personne n’ayant jamais fumé. Toutefois, d’autres causes favoriseraient le risque de développer un cancer broncho-pulmonaire.

Autres causes du cancer du poumon

Certaines substances favoriseraient l’apparition d’un cancer du poumon :

  • L’amiante, la silice cristalline, les hydrocarbures aromatiques polycycliques, le chrome, le nickel, le cadmium, l’arsenic : auxquels une personne peut être exposée dans le cadre professionnel seraient cancérigènes et constitueraient ainsi un facteur de risque du cancer du poumon.
  • Le cancer du poumon peut apparaître 15 à 40 ans après l’exposition à ces produits, dont l’action cancérigène est accentuée par la consommation de tabac.
  • Encore largement sous-estimés, les cancers broncho-pulmonaires liés au cadre professionnel sont pourtant une réalité en France.
  • L’exposition à l’amiante serait ainsi responsable de plus de 2000 cas de cancers du poumon chaque année.
  • Certaines maladies, telles que des maladies infectieuses pulmonaires peuvent, en fragilisant le tissu pulmonaire,  augmenter le risque de développer un cancer du poumon.
  • Des prédispositions génétiques seraient aussi un facteur de risques. Sans que le facteur génétique soit proprement reconnu et identifié, il expliquerait notamment que des fumeurs occasionnels contractent le cancer du poumon tandis que certains gros fumeurs ne le développent jamais.
  • Consommer peu de fruits et de légumes, et notamment ceux qui sont riches en béta-carotène tels que les carottes, les patates douces, les épinards ou encore les citrouilles, augmenterait également les risques.

La pollution aggraverait les risques de cancer du poumon, notamment chez les fumeurs.

Les symptômes du cancer du poumon

Comment reconnaître un cancer du poumon ? Quels sont les principaux symptômes des cancers du poumon ? A quel stade de la maladie, les symptômes se déclarent-ils ?

Des symptômes discrets et tardifs

Dans de nombreux cas, les symptômes du cancer du poumon se déclarent une fois la tumeur déjà installée.

Étant donné que ces symptômes sont plutôt discrets, quelques signes doivent vous alerter et vous conduire à consulter votre médecin traitant par précaution, sans qu’ils soient nécessairement annonciateurs d’un cancer :

  • La toux persistante et répétitive ;
  • L’essoufflement ;
  • Les crachats de sang ;
  • Une douleur thoracique constante ;
  • La perte de poids ;
  • La modification de la voix ;
  • Bronchite régulière.

Le traitement du cancer du poumon

Avant d’en savoir plus sur les traitements du cancer du poumon, il convient de distinguer deux principaux types de cancer du poumon : le cancer du poumon « non à petites cellules » qui représente 80% des cas et le cancer du poumon « à petites cellules ».

Le traitement du cancer à petites cellules

Les traitements principaux d’un cancer à petites cellules restent la chimiothérapie et la radiothérapie. Ce type de cancer du poumon étant le plus dangereux, le recours à la chimiothérapie et à la radiothérapie est le moyen de prévenir la formation de métastases.

On appelle métastase, la croissance de la cellule atteinte par le cancer à distance de son point d’origine.

Le traitement peut s’étendre de quelques semaines à quelques mois.

Le traitement du cancer « non à petites cellules »

Forme la plus fréquente du cancer du poumon, le cancer non à petites cellules se traite principalement par la chirurgie.

L’opération chirurgicale consiste alors à faire l’ablation soit d’une petite partie du poumon (résection cunéiforme périphérique), soit d’un lobe entier (lobectomie), soit d’un poumon entier (pneumonectomie).

Cette opération ne nécessite pas une hospitalisation longue mais le temps de récupération après l’opération peut prendre des mois.

Il arrive souvent que l’opération chirurgicale soit complétée par des séances de chimiothérapie et de radiothérapie pour éviter la rechute.

Au début du mois de mars 2011, le succès de la première greffe mondiale d’une bronche artificielle sur un patient de 78 ans atteint d’un cancer du poumon non à petites cellules a été rendu public en France.

La prise en charge du cancer du poumon

Quelle est la prise en charge par l’assurance maladie du cancer du poumon ? Comment la sécurité sociale rembourse-t-elle les dépenses de chimiothérapie ou de radiothérapie ? Votre mutuelle viendrait-elle compléter les remboursements de la sécu ?

Le cancer du poumon, reconnu comme une ALD 30

Le cancer du poumon fait partie des ALD 30, reconnues par la sécurité sociale. Dès lors, les traitements liés au cancer du poumon sont pris en charge à 100% par l’assurance maladie.

En général, les mutuelles santé prennent en charge le dépassement d’honoraires, le forfait hospitalier ou les autres frais médicaux.

Cependant, il convient de bien lire votre contrat mutuelle afin de vérifier que de tels remboursements sont prévus et la hauteur de ces remboursements. Pour être certain de bénéficier de la meilleure prise en charge du cancer du poumon, pensez toujours à comparer les mutuelles sur LeLynx.fr.

 

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres