Qu’est-ce que le burn-out ?

Le «syndrome d’épuisement professionnel» ou burn-out n’est pas une nouvelle maladie mais n’a été identifié et décrit que dans les années 1970. Initialement mis en corrélation avec des professions à fort engagement personnel (soignants, enseignants, travailleurs sociaux…), le burn-out est désormais identifiable dans de nombreux corps de métiers, sans pour autant être reconnu officiellement comme maladie professionnelle. Quels sont les symptômes de l’épuisement professionnel et comment s’en prévenir?

 

Burn out ou épuisement professionnel

Crédit image : Sjenner13

Votre comparateur de complémentaires santé LeLynx.fr s’est penché pour vous sur le problème du burn-out (mais sans s‘épuiser).

Les trois principales caractéristiques du burn-out

Selon l’INRS, «le syndrome d’épuisement professionnel est un ensemble de réactions consécutives à des situations de stress professionnel chronique». Trois éléments sont symptomatiques du burn-out:

  • l’épuisement émotionnel (sentiment d’être vidé de ses ressources émotionnelles),
  • la dépersonnalisation ou le cynisme (insensibilité au monde environnant, déshumanisation des relations professionnelles, vision négative des autres et du travail),
  • le sentiment de non-accomplissement (sentiment de ne pas parvenir à répondre correctement aux attentes de l’entourage, mise en retrait, dépréciation de ses résultats…).

Il s’agit de la conséquence d’une forte accumulation de stress au travail sur une longue période. Une surcharge de travail s’exprime par exemple par de trop nombreuses et trop stressantes sollicitations qui conduisent à «vider»physiquement et moralement la personne. En plus d’être déprimé et fatigué, le professionnel atteint de burn-out connaît généralement des difficultés de concentration et une altérité de la qualité de son travail, ce qui n’arrange rien à la perte de confiance en soi.

En cause: l’environnement professionnel

Nul n’est à l’abri du burn-out. Les facteurs de risques ne sont pas personnels mais bel et bien professionnels: relations de mauvaise qualité avec les collègues ou les supérieurs, non reconnaissance du travail effectué, faiblesse de la participation aux prises de décision, manque de retours sur l’efficacité du travail, perte de sens du travail, surcharge, demandes contradictoires, manque de clarté dans les objectifs, etc. Il revient donc aux entreprises de veiller à la prévention du burn-out chez les salariés et d’agir en conséquence si les cas se multiplient.

A titre personnel, l’INRS délivre trois conseils pour prévenir le burn-out lorsque les premiers signes d’épuisement apparaissent:

  • ne pas rester seul et faire part de ses difficultés à son entourage professionnel et personnel,
  • ne pas hésiter à consulter un médecin ou à demander à voir le médecin du travail en cas de fatigue, irritabilité, déprime…
  • si des dysfonctionnements empêchent de travailler correctement, en faire part à son supérieur ou aux représentants du personnel.

L’épuisement professionnel n’est à ce jour pas encore reconnu par la Sécurité Sociale comme maladie professionnelle, mais une étude est en cours pour relancer le débat. Aussi, dans une tribune publiée le 7 décembre 2014 dans le Journal du Dimanche, une trentaine de députés de la majorité exigent que le burn-out soit reconnu comme maladie professionnelle par la Sécurité Sociale et pris en charge comme « accident du travail » par les employeurs, véritables responsables.

Source: INRS

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres